Restauration et étalonnage : questionnements techniques par temps modernes

Préambule

Quelques éléments factuels avant toute chose :

  • Nous avons visité les locaux parisiens de L’image retrouvée en mai 2019 et échangé avec Davide Pozzi spécifiquement sur ce sujet. Il a confirmé explicitement une signature propre au laboratoire et suffisamment visible pour être reconnaissable. Il a ajouté qu’elle était peut-être trop visible sur certains films, que ceux-ci seraient étalonnés différemment s’ils devaient être refaits aujourd’hui, et qu’ils étaient en train globalement de « réajuster le curseur » afin de diminuer l’intensité de cette signature, une information très instructive tant sur ce qui était fait jusqu’ici, la latitude des possibilités mais aussi l’ouverture du laboratoire à l’ajustement de ses pratiques et que l’on commence à voir sur des films comme Cyrano de Bergerac. Enfin, il a confirmé explicitement une signature visible aussi pour les films en N&B (et effectivement, elle est repérable). Notre hypothèse de couleurs en partie modifiées par la signature du laboratoire est donc formellement confirmée. Il a cependant ajouté qu’il ne faut pas oublier que techniquement, chaque laboratoire a un peu sa patte, et que même une « absence de patte » est une patte en soi. Un élément effectivement important à garder en tête.
  • James Steffen a pu comparer de façon directe l’étalonnage de la restauration 4K de La couleur de la grenade (Paradjanov) à celui de la copie Orwo ayant servi de référence. Sa comparaison l’a fait conclure que les couleurs présentes sur la restauration ne représentent pas celles de la copie de référence. Il est d’autant mieux placé pour juger de cela qu’il a été un des principaux consultants sur la restauration du film.
  • Certains éditeurs font maintenant le choix de modifier les étalonnages d’Eclair et Ritrovata afin d’éliminer cette signature (jaunie pour Ritrovata, bleutée pour Eclair). C’est le cas notamment d’Arrow et Camera Obscura, et depuis plus récemment Kino et Criterion. Nous avons surligné en vert dans nos listes les films concernés, et si disponible, avons inclus des liens vers les comparaisons des différentes versions. Ce choix ne provient pas d’une divergence sur l’esthétique originelle de ces films, mais d’une volonté de seulement éliminer les effets des signatures de ces labos sur les couleurs.
  • Comme mentionné plus bas, cet article ne vise aucunement à dénigrer le travail de certains laboratoires ou leurs étalonneurs, mais uniquement à compiler les résultats publics disponibles, les analyser via un prisme de reconnaissance de motifs, expliciter la réalité des regroupements possibles, puis tester sur ces regroupements la validité de certaines hypothèses émises. C’est pour cette raison que ne sont pas abordées ici les raisons techniques exactes qui pourraient expliquer ces résultats (comme par exemple les utilisations de tables de correspondance des couleurs – LUT, ou Look Up Tables).

L’état des lieux

A l’époque des tubes cathodiques et du DVD, il y a environ 20 ans, de très nombreuses restaurations et remasters ont été étalonnés avec une certaine uniformité des couleurs, notamment une dérive rosâtre prononcée (le fameux magenta-push) et une tendance à un contraste balourd (brûlant notamment toutes les hautes lumières). Ce sont des marqueurs de l’époque où ont été créés ces masters HD, que l’on retrouve sur de nombreux masters HD dits préexistants (en opposition à des restaurations récentes), notamment ceux de la MGM et Universal (mais aussi parfois de Sony), et ces marqueurs sont en fait bien plus représentatifs des techniques de l’époque que des intentions artistiques des films concernés (comprendre : ces couleurs rosées et ce contraste poussé ne sont pas d’origine).

Vers environ 2013-2014 ont commencé à apparaître régulièrement des films étalonnés à nouveau de façon reconnaissable d’un film à l’autre, mais de façons différentes des tendances des 90s-2000s. 2 laboratoires en particulier sont concernés par cette apposition structurelle, spécifique et reconnaissable de signatures colorimétriques : Eclair et L’Immagine Ritrovata.

Ces laboratoires ne sont pas les seuls à avoir une signature reconnaissable. Plusieurs restaurations récentes chez/pour Paramount partagent des tendances photographiques, notamment au niveau de la gestion des teintes de peau (Airplane, Le flic de Beverly Hills, Ghost, Flashdance, Pretty in Pink, …), tandis que de nombreux films Fox restaurés récemment ont été ré-étalonnés avec des bleus cyan (ou sarcelle, pour être exact) particulièrement marqués (Desk Set, Wild River, The Bravados, …). Cependant, l’importante activité annuelle d’Eclair et Ritrovata explique la plus grande exposition de leurs travaux. Ainsi, s’il ne s’agit pas d’accabler spécifiquement ces 2 laboratoires, la quantité d’exemples qu’ils proposent permet d’illustrer les bases structurelles des questionnements qu’ils soulèvent.

Dans le cadre d’Eclair, ces étalonnages donnent des bleus canards, froids et métalliques de façon reconnaissable, refroidissant aussi les blancs et les bleutant (les chemises blanches masculines deviennent bleu clair, typiquement), avec en complémentarité des jaunes taxis saturés ou des oranges là aussi retrouvables de film en film. On peut dater leur apparition à environ 2015. Les films concernés datent au moins de 1956 à 1997.

Dans le cas de Ritrovata, la colorimétrie est plutôt jaunie et terne/voilée, renforçant les jaunes et les verts au détriment du bleu, avec des noirs décollés et colorés en vert/jaune. On y trouve aussi des carnations souvent couleur crème (comme chez Paramount). Plus rarement maintenant, mais de façon toujours aussi reconnaissable, la patine générale de l’image parait presque sepia, jaune orangé de façon très uniforme (Mariage à l’italienne, La dixième victime, Le syndicat du crime). Ces choix donnent à l’image un rendu considéré « vintage » de façon volontaire et structurelle. Cela nous a été confirmé par le laboratoire lui-même de vive voix auprès de nous (cf notes additionnelles plus bas). On retrouve cette signature dès 2009, mais de façon plus récurrente plutôt depuis 2014. Les films concernés courent au moins de 1953 à 1989.

Des signatures telles qu’on peut reconnaitre le laboratoire avant le directeur de la photo

Ces signatures ne relèvent pas de la simple présence générale de « jaune » ou de « bleu », mais d’un type spécifique et reconnaissable de traitement des couleurs dans leur ensemble. Même si on résume ces signatures à une couleur symptomatique pour simplifier (bleu Eclair, cyan Fox, jaune Ritrovata, etc), ces étalonnages portent CES jaunes là, CES bleus là, ces noirs colorés de CETTE façon-là, d’où la notion de signature et non de simple dérive (sinon, on les confondrait bien plus souvent). Ces signatures restent visibles d’un film à l’autre même quand ils font l’objet de « supervision » et autres « approbations » par des référents liés aux films concernés : réalisateurs, directeurs de la photo, etc. Enfin, elles  « contaminent » même parfois les panneaux textes en amorce ou en fin de film, panneaux techniques noir et blanc pourtant générés numériquement et qui ne devraient a priori ne pas porter de dérives particulières.

Le cas d’Eclair, notamment via l’évolution du travail de Bruno Patin, est instructif : étalonneur historique d’Eclair pourvu d’une indéniable expérience dans ce métier (près de 30 ans tout de même), son travail traverse le marché des restaurations au moins des 10 dernières années, incluant la bascule qui a visiblement eu lieu chez Eclair autour de 2015. L’interview donné par le laboratoire à DVD Classik donne notamment une hypothèse structurelle puis un exemple intéressants à comparer à la réalité. Structurellement, il suggère des esthétiques spécifiquement décennales : une esthétique 50s, une autre 60s, une autre 70s, etc. Or, en pratique, la signature de ses étalonnages depuis 2015 traverse environ 50 ans de cinéma, des années 50s avec Marie-Antoinette ou Katia jusqu’aux années 90s avec les films de Chabrol, Pialat ou Berri. L’hypothèse décennale est donc réfutable. Il utilise ensuite l’exemple du (alors) récent remaster HD de La chèvre (utilisé pour le Blu-ray 2014 Gaumont Découverte) pour parler de l’amélioration de la fidélité aux couleurs, fidélité dont cet étalonnage serait un excellent exemple. Or, cela fait au moins 5 ans que ces étalonnages ont virtuellement disparu des travaux du laboratoire, comme en témoignent de nombreux autres films de Veber et/ou avec Pierre Richard restaurés depuis 2015 par Eclair pour Gaumont. Dit autrement : si La chèvre devait être nouvellement restauré, l’étalonnage serait sans doute modifié et rapproché de ces films, tandis que les pratiques si qualitatives appliquées à La chèvre en 2013-2014 ne sont visiblement plus appliquées depuis. Les raisonnements structurels donnés ne semblent donc pas correspondre à la réalité des travaux.

Ces signatures ne s’expliquent donc pas :

  • par une logique d’esthétique propre à une époque (60s, 70s, 80s, etc) puisqu’elles traversent quasiment 50 ans de cinéma.
  • par une logique géographique car le cinéma du monde entier est concerné (même si Ritrovata restaurent beaucoup de films surtout italiens et Eclair de films français).
  • par une logique humaine ou technique puisque tous les types de tournage, pays, genres cinématographiques, réalisateurs et techniciens sont concernés. Elles dépassent qui plus est les supervisions/approbations de référents techniques.
  • par une logique d’ayant-droits avec un cahier des charges particulier car au moins une dizaine de catalogues sont concernés.

Elles ne s’expliquent pas non plus par des pratiques et/ou limites techniques liées à l’argentique puisque les étalonnages d’Eclair et Ritrovata se recouperaient alors de façon récurrente au point de les confondre, ce qui n’est actuellement qu’exceptionnellement le cas (environ 5 films sur 200). Il faudrait alors que le hasard fasse particulièrement bien les choses pour que la répartition de quelques centaines de films (ça commence à chiffrer) esthétiquement compartimentables (si tant est qu’ils le soient originellement) soit pile poil celle des labos les restaurant. Bref, aucune hypothèse historique, technique ou artistique ne vient pas sans une cohorte de contre-exemples permettant de réfuter ces hypothèses.

Pas question de regretter les mauvaises pratiques d’il y a 20 ans, mais de s’inquiéter d’un éternel recommencement sous une forme différente.

Pas question ici cependant de regretter les étalonnages magenta sur-contrastés tout pétés d’il y 20 ans. On ne peut pas se référer à ces étalonnages incorrects, et plus grand monde de sensé ne le fait d’ailleurs. Non : ces nouvelles couleurs questionnent parce qu’on les retrouve sur des dizaines de films qui, a priori, n’ont aucune raison de les partager, et ce sans avoir besoin de regarder les anciens étalonnages.

De même, il ne s’agit pas d’une guéguerre entre « anciens » et « modernes » (allez savoir ce qui se cacherait derrière ça), encore moins entre les Européens et les Américains (les pratiques divergeant visiblement rien qu’en France), tout comme il ne s’agit pas de questionner le professionnalisme des laboratoires concernés, qui font leurs restaurations sur du matériel étalonné, avec des recherches d’éléments exhaustives et un flux de travail technique construit, conscient, techniquement structuré et qu’ils sont en mesure de défendre solidement. D’ailleurs, le questionnement dépasse globalement les frontières et la seule volonté d’attaquer certains laboratoires, et il est partagé par des « amateurs éclairés » et professionnels.

Le questionnement est autrement plus simple et non-comparatif : puisqu’un film donné n’est pas censé avoir 10  « intentions esthétiques d’origine »  différentes, il devrait sortir de ces laboratoires avec à peu près le même étalonnage (à quelques menues fluctuations près). Or, il apparait au fil des années que peu importe les films passant dans les mains de certains labos, ces films en ressortent avec l’application d’une esthétique uniformisée et clairement propre au laboratoire, au point où on peut anticiper cela rien qu’à l’annonce de qui va se charger de l’étalonnage de la restauration.

Autrement dit : les étalonnages de ces films seraient conformés ostensiblement aux habitudes des laboratoires plutôt que le contraire. Echangez les laboratoires, et vous échangerez les couleurs des films restaurés… ce qui ne devrait évidemment pas être le cas. Le corollaire : une restauration dont on pense qu’on « retrouve enfin les couleurs d’origine » aurait un tout autre étalonnage si restauré ailleurs. Donc quelles seraient ces couleurs d’origine, exactement ?

Cela signifie concrètement que si Le bon la brute et le truand devait être restauré chez Eclair, il ressemblerait sans doute moins à son étalonnage 2014 Ritrovata qu’à celui de la nouvelle restauration du Garçu. Et Le garçu étalonné chez Ritrovata se rapprocherait probablement plus de La dixième victime que de Mélo. Bref, l’étalonnage de ces restaurations devient une équation Restauration = couleurs d’origine plus la signature du laboratoire. Ou, plus problématiquement : Couleurs d’origine = restauration minus la signature du laboratoire.

Cet état serait résumable à travers ces 2 schémas :

La théorie :

Et la pratique :

Après « la photo de Coutard » : « les couleurs de Bruno Patin »

Le temps aidant, les films concernés forment maintenant de vastes corpus d’œuvres clairement attribuables à ces laboratoires. Il y avait « ah, formidable cette photo de Raoul Coutard », il y a donc maintenant « on reconnait bien les bleus de Bruno Patin ». Ce constat laisse perplexe puisqu’un travail de restauration est, par définition, censément transparent à la source. On peut donc questionner en quoi la situation actuelle ne serait pas similaire à celle d’il y a 20 ans : après le magenta push, le Eclair push et le Ritrovata push ? Le Paramount Skin Tones ? Le Fox Teal Touch ?

Par opposition, si ces pratiques spécifiques à quelques laboratoires permettent supposément enfin de retrouver les vraies couleurs d’origine des films… alors tous les autres labos de France, d’Europe et du monde ne les respectent pas puisque ne générant clairement pas ces résultats. De par la dichotomie visible actuellement sur le marché, défendre les uns (disons Eclair et Ritrovata) revient donc automatiquement à questionner les autres (VDM, Mikros, Hiventy en grande partie, Colorworks, MPI, OCN Labs, Deluxe Londres, etc.). Il ne s’agit ensuite plus que d’estimer si, dans l’immensité des laboratoires de restauration dans le monde, il semble plus plausible que seuls quelques labos fassent les choses correctement et tous les autres non, ou le contraire… Une posture plus que délicate à assumer, impliquant notamment de supposer certains laboratoires plus respectueux que d’autres.

Qui plus est, il faut à nouveau rappeler que même Eclair n’étalonnaient pas leurs restaurations de façon signée encore en 2013-2014, mais aussi que l’immense majorité des restaurations aux étalonnages plus neutres a été fort bien reçue pendant des années et continue de l’être… ajoutant une couche de brouillard supplémentaire sur qui seraient les meilleurs élèves.

De par la dichotomie actuelle du marché, estimer les uns représentatifs des techniques ou limites argentiques d’origine implique forcément de rejeter les autres car travaillant clairement différemment. Une posture délicate.

Enfin, si l’on devait questionner ces différents « courants » à travers un prisme des « anciens » face aux « modernes », la restitution des limites des techniques argentiques d’il y a plusieurs décennies (et toutes leurs imperfections) face à la métronomie et au modernisme rendus possibles par la puissance des outils numériques actuels, quels courants appartiendraient à quel philosophie ? La capacité de reproduire une signature colorimétrique de façon récurrente et reconnaissable, film après film, année après année, semble-t’il peu importe le matériel physique en amont, n’est-elle pas précisément une pure expression des possibilités numériques d’aujourd’hui ? N’est-ce pas précisément l’élimination, ou au moins la couverture, des approximations et variations supposément intrinsèques au travail photochimique d’alors ?

La question n’est pas anodine. Une oeuvre convoie aussi ses intentions par ses visuels, et jauger la fidélité colorimétrique d’une restauration nous confronte parfois à nos préjugés : les westerns estivaux sont-ils forcément solaires et brûlants ? les drames froids ? les films avec des policiers bleus ? Et s’ils le sont censés, avec quelle variance ? Les bleus des films français sont-ils bleus roi, canard, sarcelle, azur, saphir, ou le cinéma français a-t’il réellement visé pendant 40 ans le bleu canard indépendamment de qui, quoi ou comment ? Les jaunes de Sergio Leone étaient-ils blonds, dorés, pastels, orangés ? Comment alors juger la justesse de l’étalonnage de 2014 et savoir ce qui tient de l’intention originelle de ce qui a été poussé par la restauration ? A quoi ressembleraient des westerns italiens restaurés par Eclair ou les films de Chabrol et Pialat par Ritrovata ? Et surtout : comment réagirait-on face au probable résultat ?

La question n’est pas anodine. Une oeuvre convoie aussi ses intentions par ses visuels et nous confronte parfois à nos préjugés : les westerns sont-ils forcément solaires et brûlants ? les drames froids ? les films avec des policiers bleus ?

Un exemple fascinant de l’importance de ces choix est Sonate d’automne (Ingmar Bergman, 1978), étalonné en 2013 de façon étonnamment chaude pour un film aussi dur mais de façon raccord avec son titre, puis de façon bien plus froide en 2018, en raccord avec son contenu mais plus avec les teintes automnales de 2013. Comment alors savoir si il était normal de s’étonner des couleurs si chaudes de 2013 et trouver audacieux cette opposition de ton entre la photo et le contenu du film ? Le film est-il en fait moins audacieux visuellement que cela ? Fallait-il y découvrir un puissant drame se jouant en pleine lumière, ou était-ce une déroute totale ? Une question cinématographiquement et historiquement cruciale pour le spectateur, mais encore aujourd’hui sans aucune réponse claire.

Quoiqu’il en soit, voici une liste des films concernés en fonction des laboratoires concernés. Elle vise à cartographier les corpus qu’ils constituent par leur uniformisation reconnaissable, mais aussi d’illustrer l’aspect hétéroclite des restaurations reconnaissables. La liste n’est pas exhaustive tandis que certains cas sont moins intenses que d’autres au point que leur inclusion ici soit potentiellement discutable. A minima, puisque leur laboratoire d’origine reste reconnaissable au moins ponctuellement, la signature reste visible d’où leur inclusion mais avec mention (ces cas sont surlignés en bleu). Cette liste étant sans aucun doute amenée à s’allonger, elle sera mise à jour régulièrement.

Listes des films concernés :

L’immagine Ritrovata / L’image retrouvée :

FilmAnnéePaysSupervision / ApprobationNote
Les 3 mousquetaires1953France  
100 Years of Olympic Games : White Vertigo1956Italie  
100 Years of Olympic Games : Cortina d’Ampezzo1956Italie  
100 Years of Olympic Games : Rome 601960Italie  
19001976Italie Bernardo Bertolucci 
L’affaire Mattéi1972Italie Restauration diffusée sur The Criterion Channel
A la recherche du plaisir1972Italie Couleurs en partie modifiées par Camera Obscura, master modifié repris par Le chat qui fume, mais signature encore perceptible
L’amant1992France Restauration 4K parue chez Pathé
Amarcord1973Italie Restauration 4K 2015, parue en Italie puis chez Criterion dans leur coffret Fellini
Beau-père1981France 
A Better Tomorrow1987Hong Kong Restauration 4K, parue en Blu-ray à HK
The Big Boss1971Hong Kong Paru chez Metropolitan, couleurs modifiées pour l’édition Shout US et modifiées différemment pour l’édition US Criterion
The Black Cat1981Italie  
The Bloodstained Butterfly1971Italie Couleurs modifiées pour l’édition Camera Obscura
Le bon, la brute et le truand1966ItalieSergio Salvati, assistant cameraman Restauration 4K 2014, couleurs modifiées par Kino une première fois en 2017 puis à nouveau en 2021
Camille Claudel1988FranceBruno Nuytten De façon intéressante, de nombreux plans ressemblent plutôt à un travail de chez Eclair
Cartouche1962France  
Center Stage1991Hong Kong   
La cité de la joie1992France / UKNouvelle restauration 4K 2019
The Climber1975Italie
La couleur de la grenade (version Paradjanov)1969Arménie  
Death Walks on High Heels1971Italie  
Death Walks at Midnight1972Italie  
La dixième victime1965Italie  
Django, Prepare a Coffin1968Italie  
Dragon Inn1967TaiwanHui-ying Hua (DP)  
Driving Miss Daisy1989USA Restauration 4k parue chez Pathé
A Fistful of Dollars1964Italie Blu-ray US Kino 2018
Les fleurs de Shanghai1998Taiwan Hou Hsiao-hsien 
Les frissons de l’angoisse1975Italie Luciano TovoliNouvelle restauration 4K 2015, couleurs modifiées par Arrow pour leur édition Blu-ray. Aucun Blu-ray utilise actuellement la restauration avec son étalonnage Ritrovata d’origine, mais le DCP projeté à Lyon en 2015 dans le cadre du festival Lumière portait clairement la signature du laboratoire, ce qu’Arrow a fait complètement éliminer de leur master… dont l’étalonnage a été à peu près acclamé par tout le monde
La fureur de vaincre1972Hong KongParu chez Metropolitan, couleurs modifiées pour l’édition Shout US et modifiées différemment pour l’édition US Criterion
La fureur du dragon1972 Hong Kong Paru chez Metropolitan, couleurs modifiées pour l’édition Shout US et modifiées différemment pour l’édition US Criterion
Le futur est femme1984Italie Pas de certitudes que l’étalonnage ait été fait chez Ritrovata mais la restauration y ressemble très fortement en tout cas
Les grandes manoeuvres1955France
L’homme sans mémoire1974Italie
Le hussard sur le toit1995FranceThierry Arbogast (DP)
Il était une fois en Amérique1984USA / Italie Director’s Cut
Il était une fois en Chine 31992Hong Kong Signature visible seulement sur quelques plans
Il était une fois la révolution1971Italie Restauration 2K 2009, parue par exemple en Angleterre chez Eureka
Indochine1992France Régis Wargnier 
India Matri Bhumi1959Italie
Insiang1976ThailandePierre Rissient (historien)  
Jabberwocky1977USA  
Le jeu de la mort1978Hong KongParu chez Metropolitan, couleurs modifiées pour l’édition Shout US et modifiées différemment pour l’édition US Criterion
Kiarostami – Kanoon1975 – 1989Iran
La légende de la montagne1979 Taiwan
La légende du saint buveur1988Italie
Madame Claude (Just Jaeckin)1977France  Robert Fraisse (DP) 
Le mâle du siècle1975France  
Made in Hong Kong1997Hong KongFruit Chan
Manille1975ThailandeMike De Leon (DP)  
Mariage à l’italienne1964Italie Ennio Guarnieri, formé par Roberto Gerardi, DP du film 
Mort à Venice1971Italie Marco Pontecorvo, disciple de Pasqualino De Santis, DP du film 
The Night Evelyn Came Out of the Grave1971Italie  
Nous nous sommes tant aimés1974Italie Luciano Tovoli 
Portier de nuit1974ItalieLiliana Cavani  
Pane e cioccolata1974Italie Luciano Tovoli 
A Pistol for Ringo / The Return of Ringo1965Italie  
Le pistonné1970France  
Pixote1981Brésil  Rodolfo Sánchez (DP) 
Police Story 11985Hong Kong  
Police Story 21988Hong Kong  
Police Story 31992Hong Kong  
La poudre d’escampette1971France / ItalieJean-François Robin
La première fois1976France  
Les producteurs (Mel Brooks)1971USA Restauration 4K parue chez Studio Canal UK, couleurs modifiées pour l’édition Kino US
Le professeur1972Italie  
Property Is No Longer a Theft1973Italie  
The Red Queen Kills Seven Times1972Italie  
La religieuse1966France Ressemble parfois plutôt à un étalonnage Eclair
Revenge (de Yermek Shinarbayev)1989URSS   
Fellini’s Roma1972Italie  
La ruée des Vikings1961Italie  
Serpico1973USA Nouvelle restauration 4K 2020
Seven Deaths in the Cat’s Eye1973Italie  
Le spécialiste1969Italie Signature visible uniquement sur quelques plans
The Suspicious Death of a Minor1975Italie
Taipei Story1985TaiwanHou Hsiao-hsien 
A Touch of Zen1971TaiwanHui-ying Hua (DP)  
The Tree of Wooden Clogs1978Italie Ermanno OlmiParue chez Criterion, couleurs complètement modifiées sur l’édition Arrow UK
Ulysse1954Italie Parue chez Studio Canal, couleurs modifiées pour l’édition Kino US
Du côté de la côte, Les dites cariatides, Oncle Yanco, Black Panther, Lions Love and Lies, Mur Murs (Agnès Varda)1958 – 1984France Coffret Agnès Varda chez Criterion
What Have You Done to Solange ?1972Italie Couleurs modifiées pour l’édition Arrow
Sans doute une partie du coffret Wong Kar-wai paru chez Criterion (mais difficile de dire ce qui provient du laboratoire et ce qui vient du révisionnisme du réalisateur)1990 – 2004Hong Kong Wong Kar-wai, Christopher Doyle pour Chungking ExpressA minima In The Mood for Love
Your Vice is a Locked Room and Only I Have the Key1972Italie  

Eclair :

FilmAnnéePaysSupervision / ApprobationNote
2 ou 3 choses que je sais d’elle1967FranceWilly Kurant (DP)
La 7e cible1984France
L’amour en douce1985France
L’argent1983FranceMylene Bresson
Atlantic City1980France / CanadaEdition Gaumont 2016
L’aveu1970France / ItalieCosta-GavrasEtalonnage Eclair par Raymond Terrentin
Betty1992FranceLes héritiers du film / MK2
Black Moon1975France / Allemagne
La bohème1988France / Italie / UK
Boris Godounov1989France / Espagne / Yougoslavie
Borsalino & Co1974France / Italie / Allemagne
Céline1992France
La cérémonie1995France
C’est pas moi c’est lui1980France
La chair de l’orchidée1975France
Clair de femme1979France / Italie / Allemagne
Clara et les chics types1981France
Conseil de famille1986France
Coup de tête1979France
Deux hommes dans la ville1973France / Italie
Le distrait1970France
La drôlesse1979France
Eaux profondes1981France
L’enfance nue1968France
L’enfer1994France
Etat de siège1972France / Italie / AllemagneCosta-GavrasEtalonnage Eclair par Christian Dutac
L’état sauvage1978France
Europa Europa1990France / Pologne / AllemagneAgnieszka Holland
La femme de mon pote1983France
La femme qui pleure1979France
La fille prodigue1981France
Le fils du requin1993France
Le gang1977France / Italie
Garçon !1983France
Le garçu1995France
Germinal1993France / Belgique
La gifle1974France / Italie
La gueule ouverte1974France
Hanna K.1983France / Israël
Hyènes1992SénégalCas intéressant : la patte est bien moins marquée que d’habitude, et justement, si le travail vient de chez Eclair, l’étalonnage n’a pas été fait par Bruno Patin mais Aude Humblet
Il était une fois un flic1971France / Italie
Irma Vep1996FranceOlivier Assyas
Je t’aime je t’aime1968France
Le jumeau1984France
Katia1959France
Lacombe, Lucien1974France / Italie / Allemagne
Laisse aller c’est une valse1971France
Le lieu du crime1986France
Lucie Aubrac1997France
Marie Antoinette, reine de France1956France / Italie
Mélo1986France
Les mille et une recettes du cuisiner amoureux1996France / Géorgie
Mort d’un pourri1977France
Muriel ou le temps d’un retour1963France / ItalieFlorence Dauman
On peut toujours rêver1991France
Pas de problème !1975France
Passe ton bac d’abord1979FrancePrincipalement sur certains plans
Les patriotes1994France
Péril en la demeure1985France
Le petit prince a dit1992France
La planète sauvage1973FranceFlorence Dauman & Fabrice BlinCouleurs modifiées pour l’édition Camera Obscura allemande
Le plein de super1976France
Plein sud1981France
Pour la peau d’un flic1981France
Préparez vos mouchoirs1978France / BelgiqueParu chez Cohen aux USA
La raison du plus fou1973France
Rambo1982USA
Rambo 21985USA
Rambo 31988USA
Rendez-vous1985France
La reine Margot1994FrancePatrice Chéreau
Rien ne va plus1997France
Le sacrifice1986France / UK / Suède
Section spéciale1975France / Italie / Allemagne
Le silencieux1973France / Italie
Tchao Pantin1983France
Thérèse1986FranceAlain Cavalier
Le toubib1979France
Tout feu tout flamme1982France
Trois hommes à abattre1980France
Une affaire de femmes1988FranceLes héritiers du film / MK2
Un chien dans un jeu de quilles1983France
Un étrange voyage1981France
Une histoire immortelle1968France
Une histoire simple1978France / Allemagne
Un homme à abattre1967France / Espagne
Un homme amoureux1987France / Italie / UK
Un homme de trop1967France / Italie
Un nuage entre les dents1974France
Une saison en enfer1972France / Italie
Uranus1990France
La valise1973France
L’une chante l’autre pas, Daguerréotypes, Le bonheur, Réponse de femmes, Vagabond, 7p cuis s de b à saisir, Jane B by Agnès V, Kung Fu Master, Les cent et une nuits, Ulysse 1965 – 1995FranceVarda & Charlie Van Damme (DP) pour L’une chante l’autre pasCoffret Agnès Varda chez Criterion
Violence et passion1974Italie / FranceUn cas intéressant : le film est paru en 2012 aux USA chez Raro dans un vieux master HD, en 2013 chez Gaumont avec une restauraiton Eclair puis en 2016 en Angleterre chez Eureka avec une restauration Ritrovata : 3 étalonnages complètement différents
La vie dissolue de Gérard Floque1987France
Le voleur1967France
Z1969France / Algérie

Paramount :

FilmAnnéePaysNote
Borsalino1970France / ItalieEtalonnage effectué chez Ritrovata
Flashdance1983USA
Le flic de Beverly Hills1984USA
Ghost1990USA
Liaison fatale1987USA
Pretty in Pink1986USA
Top Gun1986USA
Y a-t-il un pilote dans l’avion ?1980USA

Fox :

FilmAnnéeNote
Les aventures de Jack Burton1986Parue chez L’atelier d’images
The Best of Everything1959
Bigger Than Life1956
Black Widow1954
Les Bravados1958
Bus Stop1956
Carousel1956
Le crépuscule des aigles1966
Desk Set1957
The Detective1968
De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites1972
From The Terrace1960
The Gang’s All Here1943Nouvelle restauration parue chez Twilight Time
Hell and High Water1954
Hilda Crane1956
House of Bamboo1955
Les implacables1955Nouvelle restauration parue chez Twilight Time puis Sidonis en 2021
Les inconnus dans la ville1955
The Inn of the Sixth Happiness1958
Le jardin du diable1954Nouvelle restauration parue chez Twilight Time
La lance brisée1954Nouvelle restauration parue chez Twilight Time
The Last Detail1973
Love is a Many-Splendored Thing1955
Peyton Place1957
Police Puissance 71973Nouvelle restauration 4K, parue chez Twilight Time aux USA et Wild Side en France
The Return of Frank James1940Pas seulement typé au niveau des couleurs mais aussi excessivement sombre
Rivière sans retour1954
Le roi et moi1956Blu-ray uniquement, l’étalonnage a depuis été refait et c’est ce remaster qui est utilisé en streaming et en DCP
Voyage au centre de la Terre1959Nouvelle restauration 4K
Le voyage fantastique1966
Voyage to the Bottom of the Sea1961
Warlock1959Paru chez Twilight Time
Wild River1960
Will Success Spoil Rock Hunter ?1957 Nouvelle restauration parue chez Twilight Time

Bonus :

En décembre 2017, Criterion ont sorti aux USA un coffret regroupant 54 films officiels couvrant 100 ans de Jeux Olympiques, les restaurations ayant été réparties sur plusieurs laboratoires : Imagica, MPI et L’immagine Ritrovata. Chaque film en couleurs s’ouvre avec le logo officiel des JOs (les 5 anneaux bleu, noir, rouge, jaune et vert sur un fond uni « clair »), visiblement re-créé numériquement et inséré au début de ces restaurations. Voici un panel de ces logos pour certains des films situés en 1956 et 1976. Je vous invite à m’indiquer de quelles couleurs exactement sont censés être ces anneaux et le fond uni, car il est impossible de le deviner à partir de ces logos tant leur variance est importante.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s