Test Blu-ray Import : The Working Class Goes To Heaven (Radiance)

PaysAngleterre
EditeurRadiance
Date de sortie03 janvier 2023
Support1 BD-50
RéalisateurElio Petri
Durée115 min 18
ZoneB
Format d’image1.85
LanguesItalien LPCM 1.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresAnglais optionnels

Image

Note : 8.5 sur 10.

Pour leur toute première salve de titres, Radiance Films, nouvel éditeur britannique fondé par Francesco Simeoni, ancien d’Arrow, éditent deux titres en Blu-ray : Big Time Gambling Boss ainsi que La classe ouvrière s’en va au paradis (où, chez nos voisins Britanniques, The Working Class Goes To Heaven).

La classe ouvrière va au paradis avait fait l’objet en 2020 d’une restauration 2K effectuée à partir d’un interpositif 35mm par Studio Cine Rome, reprise dès l’été 2020 en Italie par CG Entertainment pour une sortie Blu-ray. C’est de cette restauration 2K que sont partis Radiance pour leur édition Blu-ray, avec cependant une nuance : des travaux de ré-étalonnage ont été entrepris en 2022 par l’éditeur britannique, avec comme base un transfert vidéo d’une copie d’exploitation 35mm.

Chose utile dans le cas présent : j’ai non seulement le Blu-ray italien sous la main pour comparer cette nouvelle édition, mais j’ai aussi vu il y a relativement peu de temps (novembre 2019) le film en salles, projeté à partir d’une copie d’exploitation 35mm d’archives.

Les différences entre l’étalonnage du Blu-ray italien et celui du Blu-ray britannique sont principalement un éclaircissement de l’image (jeux de captures 9 et 10 par exemple), ainsi qu’une légère correction de la balance des blancs vers quelque chose de moins jaune (jeu de capture 6). Enfin, quelques plans ont ponctuellement des différences plus spécifiquement marquées, comme le filtre bleu sur la 5ème comparaison. Si ma mémoire ne saurait retrouver la présence ou l’absence du filtre bleu sur la copie d’exploitation que j’ai vue en salles, la clarté augmentée et la réduction du jaune effectuées par Radiance me semblent clairement plus proches de mon souvenir que l’étalonnage italien (que j’avais « comparé » à mon souvenir à sa sortie et qui m’avait déjà paru relativement éloigné de la copie 35mm projetée).

De façon moins comparative maintenant, le résultat conserve à la fois une palette plutôt chaude et légèrement jaune, notamment au niveau des carnations, mais sans que cela ne paraisse excessivement généralisé/biaisé. Le résultat reste donc légèrement typé tout en conservant une palette pas excessivement neutralisée.. Le contraste et la luminosité paraissent eux aussi plutôt bien ajustés (notamment, donc, la luminosité), même si on pourra trouver quelques petits passages un peu plats (jeu de captures 12) ou comme légèrement passés.

Côté texture, le résultat est à la fois convaincant et fin, et légèrement limité par l’usage d’un interpositif plutôt que le négatif original. Cela se voit au niveau de la texture argentique de l’image, au grain légèrement épais et moins précis, mais les travaux de restauration ont visiblement été faits avec soin et l’image ne porte pas de traces de filtrage numérique intrusif. Le niveau de détails est ainsi très satisfaisant malgré une légère douceur visuelle.

Enfin, l’image est très propre et stable, tandis que l’encodage, signé Fidelity in Motion, est très solide (plus que celui du disque italien).

NB : Chaque couple de captures comparatives proposent d’abord une capture du Blu-ray Radiance puis du Blu-ray italien.

Son

Note : 7.5 sur 10.

Le détail technique mentionné dans le livret semble pointer vers des travaux de restauration additionnels effectués par Radiance : « La piste mono a été restaurée par Radiance en 2022 à partir d’une piste numérique transférée d’un piste optique 35mm positive ». Elle est effectivement différente de celle du disque italien.

Les différences ne sont pas forcément flagrantes à l’écoute, mais d’emblée, la piste britannique parait mixée plus bas, là où la piste italienne « gueule » plus (et une analyse du spectre sonore montre une dynamique moindre du fait d’un mixage façon wallbricking). D’un côté, les dialogues se projettent moins sur le disque britannique, d’un autre cela parait plus harmonieux car moins saturé et beuglant, et permettant aussi aux effets sonores de mieux ressortir et d’offrir une meilleure dynamique, notamment dans les scènes chargées acoustiquement. De même, au-delà du volume sonore, le spectre parait un peu plus riche dans les hautes fréquences, ce qui se confirme à l’analyse spectrale et explique l’aspect un peu plus sourd du disque italien.

Suppléments

  • Interview TV d’Elio Petri durant le festival de Cannes (1972, 6 min 38, 1080p upscalé, français avec sous-titres anglais optionnels)
  • Interview TV de Gian Maria Volonté dans l’émission TV belge Cinescope (1984, 35 min 13, 1080i upscalé, questions en français, réponses en italien avec sous-titres français incrustés, tout est optionnellement sous-titré en anglais)
  • Interview de l’acteur Corrado Solari sur le film (2015, 15 min 03, 1080p, italien avec sous-titres anglais optionnels)
  • Nouvelle analyse du film par Alex Cox (10 min 10, 1080p, anglais non sous-titré)
  • Petri’s Praxis – Ideologie and Cinema in Postwar Italy (20 min 38, 1080p, anglais non sous-titré) : nouvel essai vidéo de Matthew Kowalski sur l’impact du positionnement politique d’Elio Petri dans ses films
  • Background to a Film Shot in Novara (2006, 49 min 38, 1080i, italien avec sous-titres anglais optionnels) : documentaire réalisé par Serena Checcucci et Enrico Omodeo Salé sur les lieux du tournage du film
  • Bande annonce originale du film (3 min 39, 1080p upscalé et abîmé, italien avec sous-titres anglais optionnels)
  • Livret de 56 pages incluant un nouveau texte de 8 pages par Eugenio Renzi sur le film, un nouveau texte de 8 pages par Roberto Curti sur les collaborations (assez politisées) entre Petri, Volonté et Pirro, un article de 3 pages signé Pascal Kané et paru dans les Cahiers du cinéma en 1972 sur le film et L’affaire Mattéi, 3 pages d’interview avec Petri parues dans Cinema en 1972 et enfin une critique de 14 pages parue en 1973 dans Film Quarterly

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque47,841,938,156 bytes
Taille Film33,724,910,976 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 34897 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOItalian / LPCM Audio / 1.0 / 48 kHz / 1152 kbps / 24-bit

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s