Test Blu-ray : Retour (Carlotta)

PaysFrance
EditeurCarlotta
Date de sortie20 septembre 2022
Support1 BD-50
RéalisateurHal Ashby
Durée127 min 57
ZoneB
Format d’image1.85
LanguesAnglais, Français (DTS HD MA 1.0)
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais

Image

Note : 7 sur 10.

Après plusieurs sorties ci et là en Blu-ray, notamment aux USA en 2014 (chez Kino) puis en Angleterre en 2019 (chez Eureka dans leur collection Masters of Cinema), le Retour (Coming Home) de Hal Ashby arrive en HD chez nous via Carlotta, sans surprise à partir du même master HD provenant du catalogue MGM (faute de travaux plus récents).

Le résultat est assez typique d’un master de catalogue de studio US comme MGM, et si on ne situe pas dans le haut du panier, la bonne nouvelle est qu’on n’est pas non plus dans le fond. La texture est en effet, notamment, plutôt naturelle, sans filtrage dans un sens (dégrainage) ou dans l’autre (accentuation artificielle), permettant ainsi au master de ne pas paraître électronique malgré son âge. Il conserve par contre une épaisseur assez notable, avec un manque de détails fins (dans les gros plans comme dans les plans larges) assez notable, pas aidé par une photographie paraissant déjà à l’origine assez brute (et régulièrement vaporeuse) en terme de texture. Nul doute que des travaux (compétents) plus récents raffineraient tout cela, mais en l’état, cela reste encore plutôt acceptable et tout simplement typé de ce qui se faisait en remaster à l’époque de la création de cette source HD.

Le constat est le même au niveau de l’étalonnage, entre son contraste un peu pataud et maltraitant ci et là les hautes lumières, et une palette qui semble dériver gentiment mais visiblement dans le magenta. Là aussi, il est fort probable que des travaux (compétents) plus récents redonneraient un peu plus de finesse et d’équilibre au contraste et aux couleurs, là où nous sommes ici là aussi clairement dans un étalonnage typé « ancien master HD de studio ». On a là aussi connu bien pire, mais de nombreux passages (notamment certains intérieurs peu éclairés) manquent tout de même ostensiblement de finesse.

Enfin, l’image conserve encore de nombreuses mais petites poussières mais est sinon propre et surtout très stable. L’encodage ne pose aucun souci particulier (la priorité ayant été laissée au film en terme d’espace disque).

Son

Note : 7.5 sur 10.

VO et VF 1.0 ont quelques points communs acoustiquement, avec notamment, malheureusement, un côté assez plat et mou, notamment dans la restitution des dialogues qui manquent tout de même de capacité à se projeter. On notera aussi quelques séquences parsemées d’un souffle léger mais audible. La VO offre cependant un meilleur équilibre du mixage entre dialogues, musique et effets sonores, là où la VF met un peu trop les voix en avant et manque en plus un peu de rondeur.

Suppléments

Sur le disque, on retrouve les modules vidéo qui étaient déjà parus aux USA, en Angleterre et en Allemagne (ne manque surtout que le commentaire audio d’archives avec Hal Ashby, Jon Voight et Haskell Wexler), à savoir :

  • Retour sur Retour (2002, 24 min 53, 1080i upscalé) : interviews de Jon Voight, Bruce Dern et Haskell Wexler revenant sur la genèse et la production du film
  • Un homme hors du temps (15 min 23, 1080i upscalé) : Voight, Dern, Wexler et Norman Jewison reviennent sur le parcours et l’oeuvre de Hal Ashby
  • Bande annonce originale du film (2 min 03, 1080p upscalé)

Carlotta ajoute par contre un gros morceau avec Hal Ashby : L’insoumis du Nouvel Hollywood (1h 30 min 35, 1080p), le long documentaire réalisé en 2018 par Amy Scott et consacré au réalisateur.

Edition UCE oblige, le coffret embarque un livre, ici de 160 pages, nommé L’esprit retrouvé et écrit par Jean-Baptiste Thoret. Le réalisateur et historien du cinéma (spécialiste du Nouvel Hollywood) retrace en 67 pages de texte l’histoire du film depuis le projet initié par Jane Fonda (un chapitre est d’ailleurs dédié à l’actrice et son engagement humanitaire parfois critiqué – Thoret pointe notamment l’analyse faite par Godard et Gorin dans Lettre à Jane), l’écriture du scénario et notamment la fin du film, analyse les choix musicaux parsemant le film, rappelant aussi les quelques documentaires sur la guerre au Vietnam sortis en 1968 et 1974. Les 20 dernières pages du livre sont consacrées à deux extraits d’une des versions préliminaires du scénario (bilingue : page de gauche directement extraite du scénario, la page de droite en étant la traduction française), concernant le début du film et sa fin.

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque44,768,297,581 bytes
Taille Film32,290,219,584 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 29887 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 934 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Encodage Audio – VFFrench / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1026 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s