Test Blu-ray : Sword Master (FIP / Wild Side)

PaysFrance
EditeurFIP / Wild Side
Date de sortie07 septembre 2022
Support1 BD-25
RéalisateurDerek Yee
Durée103 min 50
ZoneB
Format d’image2.00
LanguesMandarin, Français (DTS HD MA 5.1)
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais imposés

Image

Note : 8 sur 10.

En voilà un cas surprenant que ce Blu-ray de Sword Master, remake du Death Duel de Chor Yuen dans lequel jouait Derek Yee… qui a réalisé ce remake en 2016 et qui nous arrive seulement maintenant (les autres sorties vidéo du film dans le monde sont toutes parues en 2017).

Mais les incongruités ne s’arrêtent pas là, puisqu’il s’agit d’un film prévu pour de la 3D (et ça se voit à l’écran) mais uniquement édité en Blu-ray 3D aux USA et à Hong Kong (et donc ici uniquement en 2D), au format original en 1.85 mais recadré ici en 2.00, tourné à 24 images par seconde mais encodé ici en 1080i50 à la mauvaise cadence de 25 images par seconde, et avec (de ce que nous avons pu voir) des différences avec le Blu-ray US laissant penser à un lissage de l’image chez nous, le potentiel usage de l’image de l’oeil droit pour un des deux Blu-ray et l’oeil gauche pour l’autre, et enfin une teinte très magenta chez nous. Bref, un bazar dont le disque français ne semble pas sortir gagnant (et c’est pareil côté son).

Il convient donc, dans un tel cas de figure, de faire cliniquement la part des choses, entre ce qu’on a devant les yeux à l’écran d’une part et toutes les étrangetés plus ou moins entendables listées ci-dessus. D’un point de vue absolu, l’image proposée ici sied assez bien à de la HD, avec tout de même un rendu visuel numérique pas toujours très heureux (sans compter les plans clairement prévus pour de la 3D, dont l’absence donne lieu à des perspectives parfois involontairement hilarantes, comme une épée dans le duel final qui semble mesurer environ 2m50 de longueur). Si l’image est adéquatement détaillée, il subsiste une douceur semblant en partie provenir de la photographie originale très retravaillée, mais aussi ce qui semble être un lissage de l’image (ou un encodage peu optimal – plausible vu la sur-compression évitable du film), la comparaison avec le disque US crédibilisant la possibilité de ce lissage. C’est dommage car cela atténue la sensation de piqué de scènes pourtant propices à cela (capture 4) et donne l’impression d’un master HD vieux de 15 ans. A cela s’ajoutent, donc, l’encodage à la mauvaise cadence (qui ne créé pas d’effet de peigne mais ne respecte pas la cadence et la durée du film) et le recadrage du film en haut et en bas pour accomoder un format plus étroit. Cependant, le cadre est plus différent que cela d’avec le disque US, et on peut voir parfois des décalages latéraux notables (d’où la supposition de l’usage des flux gauche ou droit d’un disque à l’autre) ou un léger dézoom sur le disque français (ne compensant cependant pas le recadrage.

Côté couleurs, une teinte magenta est visible sur l’ensemble du film (captures 4, 6, 14 ou 15) y compris les scènes de nuit bleutées (capture 1), absente du disque US. Cela neutralise parfois la palette de couleurs, là aussi en renvoyant à des pratiques vidéo assez anciennes faisant dériver la palette dans le magenta, mais reste cependant assez contenu et n’empêchant pas certaines teintes saturées de ressortir adéquatement (captures 7 et 10). Le couple contraste / luminosité parait plutôt bien géré, sans voiler l’image ni excessivement la contraster (sachant que la photo du film semble originellement assez marquée au niveau du contraste et n’hésitant pas à écrêter les hautes lumières).

Pas de soucis côté défaut physique. L’encodage, déjà mentionné plus haut, est donc en 1080i50 plutôt qu’en 1080p24, tandis que l’utilisation du BD-25 était optimisable (il reste 15% d’espace inutilisé).

Son

Note : 9 sur 10.

Côté piste son, il faudra là aussi se contenter d’une VO 5.1 pour un film mixé originellement en Atmos et en Auro 3D. Les disques US et Australiens proposent eux la VO en DTS:X. Pour autant, la piste s’avère tout de même suffisamment énergique et ouverte, avec aussi une reprise dans les graves souvent très appréciables dans les combats. Les dialogues sont eux aussi bien gérés, clairs et efficacement intégrés au mixage général.

La VF est assez similaire mais sonne tout de même nettement moins puissante, manquant notamment de cette exploitation des graves pour soutenir certains moments mouvementés à l’écran. C’est donc efficace et énergique, mais moins percutant.

Suppléments

Aucun supplément hormis la bande annonce du film (1 min 18, 1080i).

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque20,996,192,296 bytes
Taille Film20,123,722,176 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 19947 kbps / 1080i / 25 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOChinese / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2205 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
Encodage Audio – VFFrench / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2028 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s