Test Blu-ray Import : Bullfighter and the Lady (Indicator)

PaysAngleterre
EditeurIndicator
Date de sortie01 août 2022
Support1 BD-50
RéalisateurBudd Boetticher
Durée124 min 41
ZoneB
Format d’image1.37
LanguesAnglais LPCM 1.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresAnglais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8 sur 10.

Après une édition américaine chez Olive en 2013, Bullfighter and the Lady parait en Blu-ray en Angleterre chez Indicator, avec comme base la restauration 1987 de la version longue du film, effectuée par UCLA (qu’Olive avaient semble-t’il déjà utilisé pour leur Blu-ray).

Au vu de l’utilisation de travaux photochimiques semble-t’il numérisés il y a quelques temps déjà, nous ne nous attendions pas à une qualité visuelle aussi plaisante. Si l’on excepte un nombre très important de poussières en tout genre (c’est dommage que l’éditeur ne semble pas avoir particulièrement fait de passe de nettoyage supplémentaire), l’image parait en effet fine et très jolie, avec une texture argentique au naturel préservé et au grain pellicule à la finesse faisant penser à une restauration 4K récente tirée d’un négatif 35mm. Le niveau de détails est excellent, l’ensemble ne parait pas avoir été inutilement bidouillé numériquement, et l’image proposée est tout à fait au niveau du support HD. Il faudra par contre composer avec une section clairement issue d’une source bien inférieure entre la 40ème et la 55ème minute, au rendu beaucoup plus épais, moins détaillé et au contraste beaucoup plus brutal (captures 7, 8 et 9). La restauration UCLA étant basée sur le négatif original du montage court, un internégatif de la version longue et une copie 16mm de la version longue comblant une bobine trop abîmée de l’internégatif, on ne peut que supposer ces passages plus abîmés proviennent de la copie 16mm.

L’étalonnage suit globalement la même logique : hormis les passages les plus abîmés, voilés et grisâtres, la restauration propose une palette de gris paraissant bien ajustée, avec un couple contraste / luminosité convaincant. L’ensemble est agréable à l’oeil, pas excessif non plus dans sa gestion des noirs ni agressif dans les hautes lumières. Pas grand chose à redire de ce côté là.

Enfin, hormis (donc) une image constellée de petites poussières, il n’y a pas de gros défaut à noter, sachant qu’une stabilisation de l’image a clairement été effectuée vu le résultat. Pas de souci côté compression visuelle.

Son

Note : 7 sur 10.

La piste son 1.0 est moins impressionnante, avec un rendu assez plat (notamment du côté de la musique), des dialogues un peu voilés et un léger souffle (notamment audible dans les segments les plus posés). Elle ne conserve pas vraiment de gros défauts non plus, mais plus une sonorité générale encore assez étriquée et manquant d’ouverture.

Suppléments

Tous les bonus sont en anglais non sous-titré sauf mention contraire.

  • Deux montages du film : le montage intégral de 124 minutes donc, mais aussi le montage cinéma original de 87 minutes (1h 27 min 22, 1080i upscalé, sous-titres anglais optionnels)
  • Nouveau commentaire audio de Glenn Kenny et Farran Smith Nehme
  • An Evening with Budd Boetticher (2001, 1h 31 min 13, proposé en commentaire audio du montage intégral du film) : enregistrement audio d’archives du réalisateur échangeant avec l’archiviste Robert Gitt
  • My Kingdom For (1985, 1h 24 min 54, 1080i upscalé, sous-titres anglais optionnels) : Boetticher’s final film as director, an autobiographical documentary about his retirement years spent training horses, featuring Bullfighter and the Lady actor Robert Stack
  • A Rollercoaster and a Merry-Go-Round (35 min 42, 1080p) : nouvelle interview de Mary Boetticher sur son amour de la danse, sa peur des chevaux et l’approche de Budd Boetticher comme réalisateur
  • Budd Boetticher : One on One (1991, 57 min 21, 1080i upscalé) : interview vidéo du réalisateur sur l’ensemble de sa carrière
  • Bande annonce originale du film (2 min 03, 1080p upscalé)
  • Galerie photos
  • Livret de 36 pages contenant un nouveau texte de 5 pages par Matthew Thrift sur le film, une lettre de 1951 écrite par Budd Boetticher sur son amour de la corrida, un article d’époque de 3 pages sur Katy Jurado, 3 pages de critiques d’époque du film et un nouveau texte de 3 pages par Jeff Billington sur My Kingdom For

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque46,476,778,932 bytes
Taille Film28,981,251,456 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 26964 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / LPCM Audio / 1.0 / 48 kHz / 1152 kbps / 24-bit

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s