Test Blu-ray : L’ascension (Potemkine)

PaysFrance
EditeurPotemkine
Date de sortie19 avril 2022
Support1 BD-50
RéalisateurLarissa Chepitko
Durée109 min 03
ZoneB
Format d’image1.37
LanguesRusse DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais optionnels

Image

Note : 9 sur 10.

Il est très plaisant de voir Potemkine continuer son exploration du cinéma russe en Blu-ray, puisqu’après les films de Mikhail Kalatozov et Elem Klimov, c’est L’ascension de Larissa Chepitko qui arrive chez nous. Sans mauvaise surprise, l’éditeur français exploite la restauration 4K effectuée en 2018 par Mosfilm à partir du négatif original 35mm, et qui avait été utilisée par Criterion aux USA et en Angleterre début 2021. Le résultat est virtuellement identique au disque Criterion, à une infime différence de ratio (1.3713 chez Criterion contre 1.3704 chez Potemkine) et d’encodage près.

L’arrivée en HD de cette restauration fait évidemment plaisir à voir au vu de sa qualité générale. Si l’on excepte quelques limites d’origine, que ce soit la perte de générations durant quelques trucages optiques ou une poignée de plans à la mise au point légèrement imparfaite, le film trouve avec cette restauration un très bel upgrade parfaitement restitué en Blu-ray. Le grain y est préservé et texture finement l’image sans lissage visible, la précision de l’image profite pleinement du travail effectué avec soin et récemment, et plans larges comme plans plus resserrés offrent ainsi un confort de visionnage indéniable et très agréable. Du très beau travail.

Idem sur l’étalonnage, qui permet de profiter d’une image joliment nuancée et contrastée. Sans excès ni dans un sens ni dans l’autre, on obtient une palette de gris évitant rendu voilé ou au contraire excessivement contrasté, avec un couple contraste / luminosité bien dosé. Les scènes lumineuses (captures 2 et 3) comme celles plus sombres (captures 4 et 8) restent ainsi lisibles sans sacrifier à l’esthétique du film.

Enfin, l’image a été très efficacement nettoyée et stabilisée, et l’encodage du disque ne montre aucune faiblesse notable.

Son

Note : 7 sur 10.

La piste son 2.0 (dual mono) est à la fois plutôt satisfaisante malgré quelques limites. D’un côté en effet, les différents éléments sonores (dialogues, musique, effets d’ambiance) paraissent clairs et bien nettoyés. D’un autre côté, la piste vite s’avère vite assez limitée en terme d’ouverture et dynamique, avec un coté parfois un peu artificiel, comme si le mixage manquait d’équilibre et d’harmonie dans le mélange des différents éléments sonores. Peut-être est-ce du à la façon dont le nettoyage des défauts sonores a été effectué.

Suppléments

  • Le chant du partisan (18 min 18, 1080p) : analyse du film par Elias Hérody, sous forme de texte lu par Sigrid Bouaziz
  • Larissa (1980, 20 min 46, 1080p restauré) : court métrage documentaire de Elem Klimov en hommage à Larissa Chepitko
  • A Talk With Larissa (52 min 10, 1080i upscalé) : interview de Larissa Chepitko enregistrée en 1978, avec une présentation d’Elem Klimov et Irina Rubanova de 1999

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque41,884,505,704 bytes
Taille Film31,577,730,816 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 34797 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VORussian / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1882 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s