Test Blu-ray : Belphégor (1927) (Pathé)

PaysFrance
EditeurPathé
Date de sortie30 mars 2022
Support2 BD-50 + 1 DVD-9
RéalisateurHenri Desfontaines
Durée128 min 45 + 146 min 43
ZoneB
Format d’image1.33
LanguesMusical (DTS HD MA 5.1 & 2.0)
AudiodescriptionFrançais
Sous-titresIntertitres en Français

Image

Note : 7.5 sur 10.

Il est plaisant et louable de voir Pathé continuer d’exploiter son catalogue muet en Blu-ray (pas vraiment un domaine ultra-vendeur), avec ici la version 1927 de Belphégor, réalisée par Henri Desfontaines. A cette occasion, le feuilleton a été restauré en 4K par L’image retrouvée à partir d’un internégatif complété par un négatif original nitrate.

Après les excellentes prestations vues sur La femme et le pantin et La roue, on pourra ressentir une déception assez spécifique devant les travaux effectués sur Belphégor. La principale raison ressemble à ce qu’on avait vu appliqué par Eclair sur Les 400 coups, Antoine et Colette et Le jour et l’heure, à savoir un dégrainage lié (en tout cas, ça y ressemble en visionnage) à la luminosité de l’image. Ainsi, dès que les éléments dans le cadre passent sous un certain seuil de luminosité, le grain argentique en est éliminé intensément, donnant à toutes ces zones un aspect mort accentué par le choix d’un étalonnage proposant des noirs ostensiblement décollés et donc plus gris foncés que vraiment noirs. On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure cette gestion du grain aurait été rendue moins visible par des noirs plus profonds.

Comme pour les films cités plus hauts, ce dégrainage spécifique donne à l’image un rendu frustrant : d’une part car tout le reste est plutôt splendide (captures 2, 3, 11 ou 24), d’autre part car les plans dégrainés conservent la finesse et la fraicheur d’une restauration 4K récente autrement convaincante mais avec un manque de texture problématique donnant aux plans peu éclairés un rendu quasiment de tournage numérique (captures 4, 5 ou 12), avec des visages cireux si les plans concernés en possèdent (des visages), comme en toute fin d’épisode 4. D’autres plans concernés paraissent, plus simplement, dégrainés et lissés (captures 6, 26, 27, 33), là où une poignée de plans sombres semblent avoir réchappé aux outils numériques (capture 13).

C’est dommage car le reste, donc, est plutôt splendide quoiqu’en partie un peu limité semble-t’il à la source. Les plans utilisant le négatif original sont en effet plus fins et précis que le reste du feuilleton, avec aussi un contraste plus nuancé et une palette de gris plus fine et moins « brute », là où les segments basés sur l’internégatif ont souvent un aspect un peu « copie de énième génération » (capture 22). Certains de ces plans ont aussi un grain un peu collé, faisant « champ de force » autour des personnages quand ils bougent dans le cadre, possiblement lié aux éléments utilisés mais potentiellement à un traitement là aussi numérique (certains passages montrant une texture granuleuse estompée – capture 19). On notera enfin quelques plans paraissant tirés de copies inférieures, notamment un court passage dans le 3ème épisode vers la 46ème minute (captures 29 et 29). L’un dans l’autre cependant, ces quelques limites n’empêchent pas un très bon résultat général (filtrage à part), obligeant à se demander ce qui a pu générer un tel abus de traitement numérique (on pourrait imaginer une tentative mal calibrée d’homogénéisation du rendu des différents éléments utilisés).

L’étalonnage est, comme pointé plus haut, parfois un peu discutable, notamment dans ce qu’ils donnent dans les plans les moins éclairés. La combinaison de noirs décollés et du dégrainage des zones les moins lumineuses génèrent des zones « mortes », grisâtres et sans vie, à l’aspect bien plus numérique qu’argentique. Il est possible que sans le dégrainage appliqué sur ces zones, leur rendu aurait paru plus harmonieux et ce choix d’étalonnage serait apparu de façon plus transparente, mais en l’état, le résultat n’est pas toujours très grâcieux pour les plans sombres qui accentue cet effet. A contrario, mais c’est souvent le cas, les plans avec moins d’éléments sombres dans le cadre paraissent largement maitrisés, avec une palette N&B plaisante et efficace, notamment dans la conservation des informations dans les hautes lumières sans sacrifier au contraste.

Enfin, il ne subsiste que quelques instabilités du cadre ou distorsions de l’image ci et là, au sein d’une image sinon quasi immaculée, tant en termes de défauts physiques (type poussières ou rayures) que des instabilités de luminosité. Rien à redire sur l’encodage.

Son

Note : 9.5 sur 10.

Comme indiqué dans le bonus consacré à cet aspect, le feuilleton a fait l’objet de l’enregistrement d’une nouvelle musique composée par Benjamin Moussay. Le résultat, proposé ici en 5.1 (une piste 2.0 – non testée – est aussi proposée), est logiquement frais et ouvert. Le rendu musical est très plaisant à l’écoute, avec une belle ouverture et une utilisation plaisante des enceintes arrières. Le tout n’est pas forcément très démonstratif de par la partition composée, mais c’est techniquement très propre et confortable.

Suppléments

Sans doute du fait que cette édition est un combo Blu-ray / DVD, les suppléments, tournés originellement en HD, sont proposés sur un DVD dédié. On y trouve :

  • Belphégor : du cinéroman au feuilleton (41 min 39) : nouveaux entretiens avec Matthieu Letourneux, Christophe Trebuil et François-Marie Pons
  • Entre tradition et modernité (33 min 33) : nouveaux entretiens avec Benjamin Moussay, Léon Rousseau, Bertrand Belin, Michel Godard et Joce Miennel autour de la musique composée et enregistrée pour Belphégor
  • Belphégor de Desfontaines à ses successeurs (17 min 45) : nouveaux entretiens avc Didier Griselain
  • Deux scènes supplémentaires (9 min 23), tirées d’une copie allemande

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Disque 1 :

Taille Disque41,361,968,847 bytes
Taille Episode 121,872,621,568 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 32724 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOMusic / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3488 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Encodage Audio – VOMusic / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2080 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Disque 2 :

Taille Disque42,750,572,403 bytes
Taille Episode 321,647,124,480 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 28948 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOFrench / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3367 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Encodage Audio – VFFrench / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2065 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Une réflexion sur “Test Blu-ray : Belphégor (1927) (Pathé)

  1. Ping : Test Blu-ray : Meurtre à Montmartre (Pathé) – TestsBluray.com

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s