Test Blu-ray : Walkabout (Potemkine)

PaysFrance
EditeurPotemkine
Date de sortie19 avril 2022
Support1 BD-50
RéalisateurNicolas Roeg
Durée100 min 04
ZoneB
Format d’image1.85
LanguesAnglais DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais optionnels

Image

Note : 9 sur 10.

Après les Britanniques de Second Sight, ce sont les Français grâce à Potemkine qui peuvent profiter de la nouvelle restauration de Walkabout. Une précision technique à ce sujet : Potemkine indiquent une restauration 2K. Il s’agit pourtant bien de la même restauration que celle utilisée en 2020 en Angleterre, et qui était indiquée comme étant tirée d’un « 4K scan and restoration ». En pratique en tout cas, le résultat ressemble plutôt à une restauration 4K que 2K, et dans tous les cas ce n’est pas une reprise de l’ancien master HD, exploité notamment en 2010 aux USA par Criterion.

EDIT (04 mai 2022) : Potemkine nous ont indiqué s’être renseignés auprès de l’ayant-droit ayant fourni le master et il s’agit bien d’une restauration 2K à partir d’un scan 4K.

Par rapport à ce master HD d’ailleurs, a fortiori en France où la précédente édition du film était en DVD et non en Blu-ray, l’upgrade est instantanément perceptible : la végétation retrouve des détails et une délinéation introuvable précédemment, les gros plans offrent une précision accrue souvent accompagnée d’un grain argentique bien mieux respecté, et dans l’ensemble, l’ancien master HD parait tout simplement flou et lisse en comparaison. Pas de surprise ici : la restauration 4K ayant été clairement bien faite, il est logique de voir une telle avancée visuelle par rapport à un travail qui a au moins 12 ans. Qui plus est, le master HD créé par Criterion était tiré d’un interpositif (la nouvelle restauration parait basée sur le négatif original), numérisé sur un Spirit DataCine (le nouveau scan a probablement plutôt été fait sur un scanner image-par-image que sur un scanner comme le Spirit qui numérise en continu). Seuls les fondus et trucages optiques restent en retrait.

Les couleurs, par contre, soulèveront probablement quelques questions. Dans l’ensemble, l’étalonnage n’est pas si éloigné que ça de celui de l’ancien master (dont l’étalonnage avait été validé par Nicolas Roeg), et on en retrouve notamment les teintes chaudes et terreuses. De petites différences sont tout de même visibles, avec notamment une saturation un peu plus prononcée et un aspect un peu moins « plat ». Cependant, plusieurs autres plans ont des couleurs bien plus marquées : du jaune ici, du bleu là ou encore du vert. Le contraste parait aussi un peu plus prononcé, tant dans les scènes lumineuses que celles moins éclairées, sans que cela ne nuise à la lisibilité hormis quelques très rares plans. Difficile de savoir, face à un ancien étalonnage validé mais portant une certaine touche « à l’ancienne » et un nouvel étalonnage convaincant la plupart du temps mais avec quelques passages plus surprenants, si le nouvel étalonnage est plus fidèle ou s’il pousse le curseur parfois un peu loin. A choisir, il nous semble que le nouvel étalonnage est dans l’ensemble plus convaincant, hormis les passages très ensoleillés qui semblent exagérément poussés.

Côté propreté et stabilité, c’est impeccable, tout comme l’encodage qui conserve ici les hautes fréquences de l’image sans fléchir.

A noter que si l’édition Criterion était en 1.78, la nouvelle restauration est en 1.85 et offre un peu moins d’information en haut du cadre mais un peu plus sur les 3 autres bords (surtout à droite).

NB : Exceptionnellement, nous ne pouvons pas proposer de captures du film, ni de Scan Disc précis. Dès que nous pourrons résoudre cela, le test sera mis à jour.

Son

Note : 7.5 sur 10.

L’upgrade sonore semble un peu plus léger que l’image, mais on apprécie un mixage équilibré, avec des dialogues clairs et intelligibles, et une piste qui offre par moments une dynamique inattendue mais bienvenue. Cela reste cependant encore un peu plat la plupart du temps, mais reste dans l’ensemble convaincant et suffisant.

Suppléments

  • Gulpilil – One Red Blood (2002, 58 min 58, 1080p upscalé) : documentaire de Darlene Johnson sur l’acteur aborigène David Gulpilil
  • Entretien avec Jenny Agutter (20 min 48, 1080p upscalé), enregistré en 2008 pour l’édition DVD Potemkine
  • Nouvel entretien avec André Iteanu, ethnologue (CNRS, EPHE, Centre Asie du Sud-Est), spécialiste de l’Océanie et ses sociétés organisées autour d’un système rituel (19 min 39, 1080p)
  • Bande annonce originale du film (4 min 09, 1080p upscalé)

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque44,368,016,382 bytes
Taille Film29 200 809 984 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / env 35 Mbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / env 2050 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s