Test Blu-ray : Gallants (Spectrum)

Visuel du Blu-ray : Gallants (Spectrum)
PaysFrance
EditeurSpectrum Films
Date de sortie14 décembre 2021
Support1 BD-50
RéalisateurDerek Kwok & Clement Cheng
Durée96 min 51
ZoneB
Format d’image2.35
LanguesCantonais DTS HD MA 5.1
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais optionnels

Image

Note : 8 sur 10.

Spectrum continuent leur travail sur des films peu édités puisque leur édition française ne semble être que la 3ème édition Blu-ray de Gallants dans le monde.

Film plutôt récent (2010), le film n’a semble-t’il pas été tourné en numérique mais en 35mm (IMDB nous disant sur Arriflex 435 et 535B) avant d’être fini en 2K. Une information intéressante si elle s’avère juste, car le résultat à l’écran est bien plus proche d’un film tourné en numérique, ce qui tend à pointer un potentiel souci quelque part (ou une post-production particulièrement appuyée). En effet, le rendu est plutôt lisse et électronique, pas forcément sans un niveau de détails et un piqué problématique, mais qui semble tout de même un peu daté (surprenant pour un film aussi récent) et peu naturel. C’est ce dernier point qui nous gêne le plus, et il n’est pas impossible que l’encodage du film y soit pour quelque chose (voir plus bas). Le débit vidéo est en effet particulièrement faible, et la cadence de 29,70 fps (au lieu de 24 fps) oblige à une répétition de certains photogrammes qui semble perturber l’encodeur et lui fait lisser la texture de l’image. Cela donne un résultat étonnamment plus épais qu’attendu, malgré, donc, un niveau général qui reste satisfaisant. Nous n’avons pas d’autre édition Blu-ray du film pour comparer, mais nul doute qu’il serait intéressant de savoir d’où provient quoi exactement, tant l’image réussit régulièrement à proposer un niveau visuel très adéquat (captures 1, 10 ou 11 par exemple), mais aussi être bien plus limitée (captures 5 et 8).

L’étalonnage parait, lui, plus transparent à la source. Le film offre une variété d’ambiances restituées de façon convaincante, sans qu’aucun aspect laissant perplexe ne soit visible, sans contraste paraissant excessif ou insuffisant ni dérive particulière. La photo du film est d’ailleurs probablement ce qui flatte ici le plus l’oeil du spectateur, avec des résultats souvent jolis à voir (captures 11 et 12).

Production récente oblige, on ne constate pas de défaut physique notable.

Enfin, et ça a potentiellement à voir avec tout ce qui précède, nous restons particulièrement perplexe devant l’encodage du film. Malgré son assez faible durée et son unique piste son, il ne bénéficie que d’un débit vidéo moyen anormalement faible (15 Mbps). Nul doute que les 2h40 de bonus expliquent en partie ce résultat, mais pas que le film soit tellement peu priorisé que même le making of (pourtant en SD upscalé) possède, lui, un débit vidéo moyen de 25 Mbps. Il était possible de faire autrement et permettre au film de mieux respirer. Le film est par ailleurs, donc, présenté en 1080i 29,70fps plutôt qu’en 1080p et à sa bonne cadence de 24 images / seconde.

En résumé : c’est globalement satisfaisant, mais quelques éléments auraient pu être mieux traités.

NB : compte tenu de l’encodage particulier du film, nous avons essayé au maximum de faire nos captures en évitant de sélectionner des photogrammes intermédiaires, résultant de l’extrapolation d’images du à la cadence de 29,70 fps au lieu de 24 fps et non représentatives du rendu général à l’écran.

Son

Note : 9 sur 10.

La piste 5.1 donne bien moins de matière à discussion. Elle est en effet très efficace et énergique, avec un rendu sonore percutant, jouant efficacement avec les enceintes arrières, et proposant dès que possible un champ sonore ouvert et enthousiaste. Les dialogues, plutôt ancrés à l’avant, n’en sont pas noyés pour autant mais restent toujours intelligibles. Ce sont surtout la musique et les effets sonores qui profitent de l’ouverture spatiale et de la dynamique de la piste, pour proposer un ensemble très sympathique.

Suppléments

Comme indiqué plus haut, l’éditeur n’a par contre pas lésigné sur les suppléments. On trouve en effet :

  • Présentation du film par Arnaud Lanuque (18 min 03, 1080p)
  • Gallants au Far East Film Festival d’Udine 2010, par Frédéric Ambroisine (16 min 13, 1080i semble-t’il upscalé)
  • Entretiens avec Derek Kwok et Clement Cheng par Frédéric Ambroisine (36 min 03, 1080i upscalé)
  • Scènes commentées par Clement Cheng (40 min 10, 1080i)
  • Making of (49 min 06, 1080i upscalé)
  • Bande annonce originale du film (1 min 49, 1080i upscalé)

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque48,541,258,750 bytes
Taille Film14,705,215,488 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 15321 kbps / 1080i / 29.970 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOChinese / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3724 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s