Test Blu-ray : The Pawnbroker (Potemkine)

Visuel du Blu-ray The Pawnbroker (Potemkine)
PaysFrance
EditeurPotemkine
Date de sortie07 décembre 2021
Support1 BD-50
RéalisateurSidney Lumet
Durée115 min 31
ZoneB
Format d’image1.85
LanguesAnglais DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais

Image

Note : 8.5 sur 10.

The Pawnbroker (Le prêteur sur gages), film souvent peu mentionné dans la filmographie de Lumet, avait été édité en Blu-ray aux USA en 2014 chez Olive Films. Il aura fallu de nombreuses années avant qu’il ne revienne dans l’actualité vidéo, puisqu’après l’Angleterre avec le BFI en août 2021, c’est chez nous via Potemkine que le film arrive en Blu-ray. Il fut un temps annoncé que le film serait exploité à partir d’une nouvelle restauration 4K, mais il semble que Potemkine, comme le BFI avant eux, exploitent le même matériel qu’Olive en 2014.

Pour autant, il s’agit de travaux techniques de très bonne facture, qui pourraient d’ailleurs passer pour des travaux effectués en 4K (ou au moins à partir d’un scan 4K). En effet, la texture et la granulosité de l’image sont d’une finesse particulièrement appréciable, avec un rendu plutôt frais et ne faisant pas penser à un master HD ancien. Tout cela conforte la très bonne impression laissée par le disque, et soutient un excellent niveau de détails à chaque instant. L’upgrade HD est instantanément perceptible et les conditions de visionnage très confortables, d’autant qu’aucun filtrage numérique superflu ne semble avoir été appliqué. Que ce soit ainsi durant les nombreux gros plans sur les interprètes ou les plans plus larges (ceux dans les ruelles new-yorkaises par exemple), le résultat est hautement recommandable. Seul un court plan (en fin de film) et semble-t’il recadré à l’époque par zoom optique possède un aspect bien plus épais.

L’étalonnage parait lui aussi éviter ce qu’on peut voir sur de très nombreux travaux plutôt anciens, tendant ici aussi à conforter l’idée d’une restauration relativement récente. On trouve en effet une palette de gris nuancée et dynamique, jouant notamment des zones d’ombres ou des éléments plus lumineux grâce à un couple contraste / luminosité bien ajustés. L’image ne parait jamais anormalement terne ou voilée, ni au contraire excessivement constrastée (tant dans les basses que les hautes lumières, dont les détails restent préservés).

S’il subsiste un point faible visuellement, c’est sans doute du côté de la propreté et de la stabilité qu’il se trouve. Si l’image est plutôt propre et stable, on trouve tout de même encore de nombreuses poussières et parfois des photogrammes tâchés à plusieurs endroits (captures 7 et 12). Et si le cadre est bien stabilisé, on notera quelques plans montrant des pulsations de la luminosité (en particulier dans le dernier quart du film). Rien de fondamentalement intense cependant, mais quand tout le reste parait convaincant, ces menus défauts ressortent d’autant plus.
Pas de soucis de compression à noter (il est d’ailleurs intéressant de comparer avec les extraits du film trouvables dans les bonus, et largement moins bien compressés malgré un débit vidéo pas particulièrement faible).

Son

Note : 7.5 sur 10.

Une VO à la fois plutôt propre et claire mais qui reste assez morne et plate, à de rares exceptions près. Globalement, elle est tout de même plutôt plaisante dans sa restitution des dialogues et de la musique de Quincy Jones notamment, mais sa principale limite est son côté peu dynamique, qui donne à la piste son un côté monocorde.

Suppléments

Outre la bande-annonce du film (2 min 23, 1080p upscalé), on trouve deux suppléments très complémentaires l’un de l’autre et formant de très bons prolongements au film :

  • Essai vidéo sur le film par Nicolas Saada (13 min 44, 1080p), où il analyse le film et notamment son travail stylistique et sa place dans la période dite du « Hollywood Breakdown »
  • La Shoah au cinéma (23 min 19, 1080p) : plus contextuel, Jean-Michel Frodon revient sur le traitement de la Shoah dans le cinéma, notamment américain, et la place de The Pawnbroker dans cette frise chronologique

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque41,685,702,898 bytes
Taille Film33,208,846,464 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 34835 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1560 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s