Test Blu-ray Import : Short Sharp Shocks Volume 2 (BFI)

Visuel du Blu-ray Short Sharp Shocks vol.2 (BFI)
PaysAngleterre
EditeurBFI
Date de sortie25 octobre 2021
Support1 BD-25 + 1 BD-50
RéalisateurDivers
Durée96 min 54 + 123 min 44
ZoneB
Format d’image1.37 / 1.66
LanguesAnglais LPCM 1.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresAnglais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8 sur 10.

Un tout petit peu moins d’un an après un 1er volume, le BFI continue son exploration de courts-métrages à tendance policièro-horrifique avec Short Sharp Shocks Volume 2, une compilation de courts-métrages restaurés par Restore Studios en 2K à partir de sources assez disparates : copie 35mm positive à grain fin pour les deux Quiz-Crime (captures 1 à 3), négatif 35mm dupliqué pour The Three Children (capture 4), négatif 35mm pour Mingoloo (captures 7 et 8), interpositif 35mm pour Jack The Ripper (capture 9), copies 35mm pour The Face of Darkness (captures 10 à 13) et The Dumb Waiter (captures 14 à 16), et copies 16mm pour Hangman (captures 17 à 19), The Mark of Lilith (captures 20 à 23) et Escape from Broadmoor (captures 5 et 6).

Cela donne évidemment un rendu hétérogène d’un film à l’autre, sans surprise le plus souvent typique du type de source utilisée. Un cas particulier en bas de l’échelle : Escape from Broadmoor ressemble quasiment à un upscale SD, avec un rendu visuel particulièrement endommagé et limité. L’image est terne, grisâtre, peu détaillée et lardée de rayures, poussières et autres défauts physiques. De l’ensemble des dix films, c’est (de loin) le film visuellement le moins bien loti. Ce n’est pas le cas de Hangman et The Mark of Lilith, certes tous deux clairement tirés de matériels 16mm mais avec un rendu bien plus détaillé et HD, en particulier pour Hangman qui profite d’un bel upgrade (là où The Mark of Lilith reste encore assez épais). Un peu en-dessous, on trouve The Three Children, qui reste assez épais et abîmé, et The Face of Darkness qui est régulièrement très épais (mais plus propre). On monte d’un cran avec The Dumb Waiter, à l’image encore notablement épaisse mais eux aussi plutôt bien pourvus en HD et soutenus par une très bonne lisibité. Les deux Quiz-Crime sont dans ces eaux-là aussi mais souffrent encore de pas mal de défauts visuels les datant un peu. Enfin, en haut du panier se trouvent Jack The Ripper et surtout Mingoloo, aux rendus visuels bien plus « traditionnels » et, dans le cas de Mingoloo, très appréciablement agréable : ils proposent une image finement définie et précise. Dans tous les cas et au-delà de ces limites matérielles, les travaux techniques ont été effectués sans filtrage numérique intrusif, pour un résultat qui reste naturel et filmique quoiqu’il en soit (même si ici aussi, Escape from Broadmoor conserve un rendu assez lisse façon vielle VHS).

En grande partie, les étalonnages et leurs limites suivent cette même hétérogénéité. Ici aussi, Escape from Broadmoor n’impressionnera personne avec sa palette très terne et grisâtre, manquant cruellement de contraste et de nuance. A l’opposé du spectre, on retrouve Mingoloo avec son noir et blanc joliment nuancé, Hangman et sa palette de couleurs saturées mais encore plutôt bien équilibrées, et Jack The Ripper servi par un étalonnage plutôt équilibré mais coloré. Entre les deux, on trouve à la fois des films N&B à l’aspect peut-être légèrement plus balourd qu’attendu (The Three Children) ou en couleurs avec un côté un peu sombre et paraissant un peu viré et déséquilibré (The Mark of Lilith et The Dumb Waiter). Pour les films en couleurs notamment, cela accentue l’aspect « roots » de ces films (souvent tirés d’éléments 16mm).

Enfin, si le travail de nettoyage et de stabilisation des films est évident, la plupart des films conservent encore le plus souvent au moins quelques poussières (peu gênantes mais récurrentes) et sinon des dégâts physiques plus marqués (des rayures verticales notamment) et une instabilité du cadre. L’encodage, par contre, reste solide quoiqu’il en soit.

Son

Note : 7.5 sur 10.

Côté son, l’amplitude des variations est plus faible, notamment car même les films les mieux pourvus restent encore acoustiquement limités. Dans l’ensemble en effet, il reste toujours un côté un peu plat et étouffé à l’ensemble des films, et il s’agit ensuite d’additionner les potentiels obstacles supplémentaires : craquements, souffle, rendu criard ou dialogues sourds (et dans le cas d’Escape from Broadmoor tout en même temps). Ainsi, dans le meilleur des cas, on trouve un résultat simplement assez typique, ni plus ni moins : c’est confortable et se suit bien mais reste un peu quelconque (Hangman ou Mingoloo, typiquement). Mais cela peut empirer dans le cas d’éléments plus abîmés. Reste Jack the Ripper dont l’extraversion grandiloquente est assez bien perceptible à l’oreille.

Suppléments

Les bonus vidéo sont tous situés sur le disque 2 (et sont tous en anglais non sous-titré).

  • Darkness Falls (43 min 23, 1080) : nouvelle interview de Ian FH Lloyd, réalisateur de The Face of Darkness
  • Heads Will Roll (39 min 45, 1080p) : nouvelle interview de Robert Bierman, réalisateur de The Dumb Waiter
  • Making Their Mark (33 min 03, 1080p) : nouvelle interview de Polly Biswas Gladwin, Bruna Fionda et Zachary Nataf, les réalisateurs et réalisatrices de The Mark of Lilith
  • Puttin’ On The Ritzy (12 min 42, 1080p) : nouvelle interview de Clare Binns sur le cinéma londonien le Ritzy, lieu-clé de The Mark of Lilith
  • Galeries photos pour The Face of Darkness, The Dumb Waiter et The Mark of Lilith

On trouve aussi l’habituel livret de l’éditeur, qui fait ici 32 pages et contient une introduction de 2 pages à cette édition par ses curateurs (Vic Pratt, William Fowler et Joséphine Botting), 24 pages détaillant les films (par Jon Dear, Joséphine Botting, Jonathan Rigby, Vic Pratt, Ian FH Lloyd, Robert Bierman, Caroline Champion, William Fowler, Polly Biswas Gladwin, Bruna Fionda et Zachary Nataf), et 2 pages détaillant les bonus.

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Disque 1 :

Taille Disque23,618,447,436 bytes
Taille Film23,587,405,440 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 29213 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / LPCM Audio / 1.0 / 48 kHz /   768 kbps / 16-bit

Disque 2 :

Taille Disque45,393,664,598 bytes
Taille Film34,905,043,968 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 34177 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / LPCM Audio / 1.0 / 48 kHz /   768 kbps / 16-bit

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s