Test Blu-ray Import : Celia (Second Run)

Visuel du Blu-ray Celia (Second Run)
PaysAngleterre
EditeurSecond Run
Date de sortie18 octobre 2021
Support1 BD-50
RéalisateurAnn Turner
Durée103 min 19
ZoneABC
Format d’image1.85
LanguesAnglais LPCM 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresAnglais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8.5 sur 10.

Seccond Run lâche un instant le cinéma est-européen pour proposer en Blu-ray Celia, film australien réalisé en 1988 par Ann Turner et exploité ici à partir d’une restauration 2K (semble-t’il récente) réalisée par les Archives Nationales australiennes, pour un résultat visuel largement recommandable.

Hormis quelques plans légèrement en retrait ou un peu plus épais, l’image offre un rendu visuel très impressionnant. L’ensemble est très fin et précis, avec un excellent niveau de détails sur tous les aspects, que ce soit les détails faciaux des interprètes (capture 5), les étoffes des vêtements (capture 12), les arrière-plans ou la verdure (par exemple dans les jardins des habitations) (capture 3). Le tout conserve un naturel convaincant, avec une patine paraissant vierge de bidouillage numérique superflu, tant en terme d’accentuation artificielle que de dégrainage. Les origines argentiques du film sont ainsi préservées et l’upgrade non seulement notable mais respectueux de la source.

L’étalonnage semble lui aussi convaincant, avec une palette à la fois dynamique et équilibrée, offrant une variété d’ambiances sans dérive visible ou autre choix d’étalonnage qui pourrait paraître typé. Les scènes de jour paraissent ainsi équilibrées dans leur saturation et leurs palettes de couleurs, régulièrement plutôt ensoleillées et chatoyantes (capture 2 et 3), mais sans pour autant paraître excessivement pures ou « vidéo » dans leur rendu. Les scènes les moins éclairées sont, elles, plus neutres (captures 1 et 8) hormis quelques éclairages bleutés retranscrit de façon paraissant efficaces, et elles restent quoiqu’il en soit lisibles et ne paraissent jamais bouchées ou balourdes dans leur gestion des zones d’ombre. Au final, tout cela contribue à un rendu rafraichi et très plaisant.

Enfin, l’image a été profondément nettoyée et stabilisée pour un résultat virtuellement immaculé.

Reste un encodage nettement perfectible, avec une gestion chaotique du grain argentique qui s’effondre régulièrement en amas de compression (captures 5 et 12), donnant à l’image en mouvement un léger effet de scintillement et d’instabilité pas très agréable. Second Run ont toujours utilisé Silver Sun comme prestataire d’encodage, et il est clair que leur maîtrise des réglages d’encodage est depuis longtemps et reste encore aujourd’hui perfectible (puisque même un débit vidéo confortable, comme c’est le cas ici, ne leur suffit pas à éviter ces soucis). Dommage de se prendre les pieds sur cette dernière marche technique.

Son

Note : 8.5 sur 10.

La piste son est plutôt sobre mais évite de nombreuses limites habituelles. Les dialogues et les effets sonores se projettent plutôt bien vers le spectateur, offrant un rendu sonore ouvert assez éloigné de certains films aux rendus plus sourds et renfermés. Ici au contraire, la piste parait énergique et vivante, avec une belle fraicheur contribuant à rajeunir agréablement le son. Les moments les plus chargés en effets sonores s’en sortent d’autant mieux, tous ces éléments leur permettant ainsi de pousser le curseur quand il le faut (on pense notamment aux quelques passages « horrifiques » du film, et qui bénéficie d’une dynamique bienvenue).

Suppléments

Une édition un peu plus fournie que d’habitude pour l’éditeur, ce qui est tout à son honneur. Tous les suppléments sont en anglais non sous-titré.

  • Celia’s World (1h 01 min 23, 1080p) : nouveau documentaire rétrospectif sur le film et son impact, réalisé pour cette édition par Ann Turner
  • Interview d’Ann Turner (14 min 16, 1080p upscalé, 2009)
  • There’s Something About Celia (17 min 39, 1080p) : discussion d’Alexandra Heller-Nicholas avec Maria Lewis sur le film, enregistrée en avril 2021 à l’Australien Centre for the Moving Image
  • Livret de 24 pages contenant un texte de 5 pages par Michael Brooke sur le film, son tournage et sa réception, un texte de 3 pages par Joy Damousi sur les thématiques du film, et 3 pages reprenant un conte sur la mythologie des Hobyahs

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque48,474,363,774 bytes
Taille Film30,323,976,192 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 34966 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / LPCM Audio / 2.0 / 48 kHz / 2304 kbps / 24-bit

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s