Test Blu-ray : Gas-oil (Coin de mire)

Visuel du Blu-ray Gas-oil (Coin de mire)
PaysFrance
EditeurCoin de mire
Date de sortie10 septembre 2021
Support1 BD-50
RéalisateurGilles Grangier
Durée93 min 31
ZoneB
Format d’image1.37
LanguesFrançais DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionFrançais
Sous-titresFrançais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8.5 sur 10.

Coin de mire continuent leur travail d’exploitation du catalogue TF1 Studio avec ici Gas-Oil, de Gilles Grangier, édité à partir d’une restauration 4K effectuée en 2021 par L’immagine Ritrovata à partir du négatif original.

Le résultat est très compétent et soigné. Hormis peut-être une texture parfois légèrement moins piquée que d’habitude pour une restauration de cet ordre (4K, négatif original, scanner récent), en particulier hors des hautes lumières avec un rendu légèrement doux (velouté) (capture 3), la restauration a préservé les origines argentiques du film pour obtenir ainsi une image naturelle et paraissant vierge de filtrage numérique inutile et/ou excessif. Le niveau de détails est soutenu par ce choix, appuyant la visibilité des détails fins sans artifice (captures 8 et 12). Les plans optiquement truqués (fondus enchaînés notamment) sont logiquement en retrait (capture 11) mais le reste du film est restauré de très belle façon, pour un confort de visionnage indéniable sur les plans larges (capture 19) comme serrés (capture 18).

L’étalonnage parait lui aussi efficacement rafraichi, avec une palette de gris nuancée et dynamique malgré le choix de noirs décollés d’une manière pouvant parfois paraître artificiellement excessive. Dans l’ensemble cependant, cela ne ressort que lors de passages très spécifiques mais donnant alors lieu à des aplats sans détails au rendu très numérique (capture 13). Heureusement, le reste du film ne présente pas du tout ces limites, avec au contraire un étalonnage frais et dynamique tout en restant équilibré. La variété des situations est bien restitué, avec des passages moins éclairés offrant de jolies nuances intermédiaires (capture 7) et d’autres plus lumineux au contraste chatoyant mais sans excès (captures 12 et 18).

L’image a aussi été profondément nettoyée et stabilisée (ne subsistent que quelques défauts le plus souvent autour de transitions).

Enfin, on appréciera un encodage qui, cette fois, ne souffre pas de macroblocks cycliques sur les hautes fréquences, permettant ainsi au grain préservé par la restauration d’être proprement restitué (captures 2, 12, 16 ou 19)… mais on ne peut malheureusement pas en dire autant des basses lumières, qui souffrent elles d’aplats de compression réguliers (la salopette de Gabin sur les captures 4 et 5, à nouveau sur la capture 7, la tenue noire sur la capture 14, les cheveux sur la capture 17). Les choix d’étalonnage décollant les noirs n’aident pas, générant ces zones sombres mais plates et délicates à encoder, même si l’effet est heureusement peu visible en visionnage (moins en tout cas que les soucis habituels sur les hautes fréquences).

Son

Note : 7.5 sur 10.

La piste son a elle aussi été plutôt efficacement restaurée, et on sent ce travail à l’écoute malgré les limites résiduelles. Si le tout reste en effet encore un peu plat et avec des voix parfois un peu nasillardes et légèrement voilées, le rendu est très propre et plutôt ouvert. Les dialogues en particulier ne sonnent que très rarement un peu sourds/étouffés, évitant ainsi les limites fréquemment trouvables sur ce type de restauration. Seule la musique parait un peu étriquée (pas aidée par ses compositions en plus fortement démodées).

A noter que la piste son est mixée à un volume moyen assez élevé. On pourra baisser un peu le volume sans trop d’hésitations.

Suppléments

Côté bonus, l’édition suit les habitudes de Coin de mire avec :

  • dans le packaging lui-même : dix reproductions de photos d’exploitation, une reproduction de l’affiche d’époque, et un livret de 24 pages reproduisant des documents d’époque (affiches du film, pages de photos d’exploitation, matériel promotionnel)
  • sur le disque, avec le journal d’actualité d’époque (45e semaine de 1955, 8 min 01, 1080p majoritairement restauré), une bande-annonce d’époque (Chiens perdus sans collier, 3 min 49, 1080p restaurée) et des réclames publicitaires d’époque (9 min 15, 1080p majoritairement restaurées). Ces bonus sont visionnables à part ou via le mode « Séance complète » (qui enchaîne ces matériels d’époque en amorce du film). On trouve aussi les bande-annonces des 6 titres de cette vague, dont celle du film (1080p).

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque39,547,758,969 bytes
Taille Film26,821,853,184 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 32932 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOFrench / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1568 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s