Test Blu-ray : The Fisher King (Wild Side)

Visuel du Blu-ray The Fisher King (Wild Side)
PaysFrance
EditeurWild Side
Date de sortie20 octobre 2021
Support1 BD-50
RéalisateurTerry Gilliam
Durée137 min 44
ZoneB
Format d’image1.78
LanguesAnglais DTS HD MA 5.1, Français DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais imposés

Image

Note : 8 sur 10.

Après Criterion aux USA en 2015, c’est en France et via Wild Side que ressort The Fisher King dans une édition Blu-ray éditorialement fournie, ici en incluant le film dans leur gamme de digibooks. Visiblement, l’éditeur français repart du même master que les New Yorkais, un master qui n’est techniquement pas tout jeune, puisqu’il repart grosso modo de la même source numérique que celle utilisée en 2011 aux USA chez Image (mais alors proposé en 1.85), soit un master 2K créé par Sony à partir d’un interpositif 35mm et validé par Terry Gilliam.

Malgré son âge maintenant relativement avancé (et le fait que le scan de l’interpositif avait été fait sur Spirit DataCine), le résultat visuel est encore plutôt convaincant et harmonieux, avec un aspect fin et naturel, en particulier dans sa restitution du grain argentique. Certaines restaurations effectuées à base de scans faits sur Spirit DataCine vieillissent moins bien que ça, et il est plaisant à l’écran de constater que ce n’est pas le cas ici. Aux plans truqués près, l’image est ainsi fine et détaillée, avec un très bon niveau de détails tant dans les décors (captures 7 et 14) que sur les interprètes (captures 4 et 5). Visiblement, cela a été obtenu sans ajout visible de filtrage numérique, pour un résultat respectueux des origines argentiques du film.

L’étalonnage est lui aussi plutôt convaincant, avec à la fois une absence de dérive qui laisserait perplexe mais aussi une bonne capacité à reproduire les multiples ambiances du film, aux tons parfois neutres (captures 1 et 7), industrialo-grisâtres (captures 4 et 6) ou plutôt chauds et saturés (captures 3, 5 et 10). L’ensemble paraît donc plutôt bien ajusté sur les couleurs, mais aussi sur le couple contraste / luminosité, évitant rendu voilé ou au contraire bouché y compris dans les scènes moins éclairées (capture 13).

Enfin, l’image est propre et stable, tandis que l’encodage est plutôt solide (et globalement supérieur à celui du disque Criterion, malheureusement comme trop souvent perfectible sur cet aspect).

NB : les 15 premières captures sont tirées de cette édition française, les 5 suivantes sont tirées du Blu-ray Criterion.

Son

Note : 8 sur 10.

La VO 5.1 dame assez clairement le pion à la VF 2.0. Elle sonne en effet largement plus dynamique, énergique et ronde, là où la VF semble manquer nettement de graves et avec des effets d’ambiance moins bien intégrés (et souvent mangés par les dialogues). La VO se fait a contrario plus enveloppante et plus fraiche, avec un rendu général plutôt punchy et convaincant. Non pas que la VF soit fondamentalement problématique, mais elle fait simplement bien plus datée, là où la VO sonne de façon plus harmonieuse et pleine.

Suppléments

Comme indiqué plus haut, Wild Side éditent The Fisher King dans leur gamme de digibooks. Le livret inclus ici fait 50 pages et contient principalement un nouveau texte de Frédéric Albert Lévy et qui analyse principalement le genèse du film ainsi que ses thématiques. Il inclut aussi 3 pages de notes de Terry Gilliam et 2 pages de storyboard, le reste du livret étant consacré à des photos d’exploitation ou du tournage.

Côté bonus sur le disque, on trouve :

  • Conte de fées à Manhattan (35 min 32, 1080i) : nouvelle interview (à distance) de Terry Gilliam à propos du film
  • Le clochard céleste (14 min 23, 1080p) : entretien avec Robin Williams réalisé en 2006
  • Répétitions (1 min 35, 1080i upscalé)
  • Expression des visages (2 min 14, 1080i upscalé) : essais de maquillages
  • Les essais costumes (4 min 11, 1080i upscalé)
  • Essais du Chevalier rouge (2 min 03, 1080i upscalé)

Si nous ne sommes pas surpris que les (copieux) bonus nouvellement tournés par Criterion pour leur édition (ou leur Laserdisc de 1991) ne soient pas inclus ici, on sera par contre surpris par l’absence des scènes coupées que l’éditeur New Yorkais avait inclus.

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque46,725,161,496 bytes
Taille Film35,668,279,296 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 26923 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3521 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Encodage Audio – VFFrench / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2080 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s