Test Blu-ray : Dernier domicile connu (Coin de mire)

Visuel du Blu-ray Dernier domicile connu (Coin de mire)
PaysFrance
EditeurCoin de mire
Date de sortie10 septembre 2021
Support1 Bd-50
RéalisateurJosé Giovanni
Durée106 min 03
ZoneB
Format d’image
LanguesFrançais DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8.5 sur 10.

Coin de mire continuent d’exploiter le catalogue français de Studio Canal avec ici Dernier domicile connu, de José Giovanni (dont Le rapace parait aussi simultanément chez l’édteiru), à partir d’une restauration 4K effectuée par VDM en 2020 à partir du négatif original.

Le résultat est plutôt appréciable mais la photographie du film (et, on soupçonne, l’état des éléments originaux) parait limiter un peu l’impression laissée par le rendu visuel. Entre effets de style vaporeux (capture 14) ou look général parfois assez brut avec quelques remontées de grain (captures 1, 13, 15 et 16), le film a une patine générale à la fois efficace (on sent le travail de restauration 4K compétent et soigneux) mais un aspect fluctuant et un peu instable, pas aidé par un encodage perfectible. Il n’empêche que globalement, le travail offre un upgrade notable et un aspect HD largement palpable, d’où l’impression globalement positive laissée par le résultat général. Simplement, on a connu plus impressionnant.

Même constat du côté de l’étalonnage, avec quelques tendances à l’hétérogénéïté faisant penser à des élements un peu détériorés. Le début du film en souffre (capture 1), tout comme certains plans sombres / de nuit (captures 15 et 16), donnant l’impression de plans dont les couleurs étaient passées et qui ont été rattrapés autant que possible à la restauration. Heureusement, sur la durée du film, ces écarts sont relativement rares et le reste du film possède un étalonnage plus traditionnel quoique assez plan-plan. Si plusieurs scènes offrent une palette assez chatoyante et contrastée (captures 6, 8, 9 et 11 par exemple), elles alternent avec d’autres plus grisonnants et ternes (captures 3 et 12), sans qu’on sache s’il s’agit de variations esthétiques volontaires, d’éléments rattrapés tant que possible ou de l’étalonnage de la restauration (on reconnait par moments la tendance de VDM à marquer les carnations, donnant aux acteurs un côté très en forme – captures 2 et 9 par exemple). Cela parait suffisamment organique pour paraître d’époque, mais cela donne parfois quelques faux raccords de couleurs assez visibles.

Enfin, l’image a été efficacement stabilisée et nettoyée, hormis quelques poils en bord inférieur du cadre et un voile-reflet en bas du cadre à 29 min 10 l’espace de 2 secondes. On restera par contre circonspect devant la capacité de l’encodage à générer autant de soucis cycliques de compression malgré un débit vidéo aussi confortable. Le moindre plan avec des éléments un peu unis (captures 2, 4 ou 5) en devient comme scintillant, le grain argentique fin du au travail en 4K devenant très instable dans sa restitution (captures 3 vs 4 et 17 vs 18).

Son

Note : 8 sur 10.

La piste est plutôt efficace, en particulier dans la restitution de la musique de François de Roubaix, qui trouve là un écrin dans lequel respirer. Sans être immensément mémorable, le résultat s’avère amble et propre, d’autant que les voix se projettent plutôt bien (même si le début du film fait un peu peur sur ce point, avec quelques lignes de dialogues au rendu creux et caverneux). Dans l’ensemble, c’est donc un confort d’écoute appréciable et déjouant la plupart des limites sonores les plus fréquemment constatées.

Suppléments

On retrouve comme suppléments les habitudes de Coin de mire avec :

  • dans le packaging lui-même : dix reproductions de photos d’exploitation, une reproduction de l’affiche d’époque, et un livret de 24 pages reproduisant des documents d’époque (affiches du film, pages de photos d’exploitation, matériel promotionnel)
  • sur le disque, avec le journal d’actualité d’époque (9e semaine de 1970, 12 min 33, 1080p majoritairement restauré), une bande-annonce d’époque (La horse, 3 min 58, 1080p restaurée) et des réclames publicitaires d’époque (10 min 16, 1080p majoritairement restaurées). Ces bonus sont visionnables à part ou via le mode « Séance complète » (qui enchaîne ces matériels d’époque en amorce du film). On trouve aussi les bande-annonces des 6 titres de cette vague, dont celle du film (1080p).

Là où l’éditeur sort de ses habitudes, c’est en proposant 2 très intéressants bonus supplémentaires, produits à l’occasion de cette sortie :

  • Présentation du film par Julien Comelli (19 min 30, 1080i)
  • Interview de Zazie Giovanni (52 min 29, 1080i)

2 suppléments revenant à la fois sur le film en lui-même mais aussi plus largement sur la vie et la carrière de José Giovanni.

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque47,009,080,340 bytes
Taille Film30,432,663,552 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 34646 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOFrench / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1644 kbps / 16-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s