Test Blu-ray : Kamikaze (Gaumont)

Visuel du Blu-ray Kamikaze (Gaumont)
PaysFrance
EditeurGaumont
Date de sortie22 septembre 2021
Support1 BD-50
RéalisateurDidier Grousset
Durée88 min 53
ZoneABC
Format d’image
LanguesFrançais DTS HD MA 2.0 & 5.1
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8 sur 10.

Paru dans la collection DVD à la demande de Gaumont en avril 2015, Kamikaze ressort maintenant en Blu-ray à partir de la même restauration 2K, sans trop de doute effectuée par Eclair.

S’il subsiste quelques plans un peu en retrait (un peu plus épais ou légèrement moins précis comme imparfaitement mis au point – capture 3), l’immense majorité du film offre une image d’une très belle précision, et le film parait facilement 10 à 15 ans plus jeune qu’il ne l’est réellement. Que ce soit les détails des interprètes dans les plans serrés (captures 2, 11 et 16) ou des décors dans les plans plus larges (captures 5, 7 ou 12 par exemple), le piqué de l’image et le niveau de détails proposés sont de haut niveau. L’ensemble s’avère très naturel, avec un rendu filmique plus que confortable et respectueux des éléments argentiques, avec un grain fin préservé et une absence d’aspect accentué et électronique. Le film s’en trouve donc considérablement rajeuni et le confort de visionnage est indéniablement perceptible.

L’étalonnage est plus discutable tant de très (trop) nombreuses scènes portent de façon largement reconnaissable la signature du laboratoire. S’il est fort probable que la photographie originale du film accentue la couleur bleue, il est moins probable que les bleus visés étaient spécifiquement et comme par hasard exactement les mêmes que ceux vus dans des dizaines d’autres films couleurs étalonnés par Eclair (mais virtuellement aucune restauration couleurs effectuée par d’autres laboratoires), avec notamment les bleus canard typiques du laboratoire (qu’on peut retrouver, au hasard, sur Boris Godounov, Garçon, Katia, La 7ème cible, La femme qui pleure ou L’argent). Scènes lumineuses comme moins éclairées, en intérieur comme en extérieur, sont concernées et mettent en avant les bleus canard trouvables quasi-systématiquement chez Eclair et uniquement chez Eclair depuis des années maintenant (captures 1, 5, 6, 7, 8 et 12). Si en tant que tel, cela ne génère pas de problèmes, on continue évidemment de se demander si les couleurs originelles du film sont bien celles-ci ou si ce que la restauration propose est une combinaison de ces couleurs auxquelles se superpose la signature du laboratoire. Nous espérons en avoir prochainement le coeur net. Il est par ailleurs intéressant de constater qu’une scène en fin de film sort très nettement du lot, avec une palette bien plus éloignée et comme épargnée de cette signature, ne montrant pas ce biais colorimétrique récurrent et colorant les ombres, les peaux etc de cette manière si reconnaissable (capture 18).
C’est dommage car au-delà de ce point spécifique habituel, la palette générale semble plutôt bien gérée avec un rendu dynamique et joliment contrasté, aux noirs profonds mais pas bouchés et à la dynamique confortable sans cramer les blancs pour autant. On évite ainsi tout aspect excessivement contrasté ou au contraire voilé.

Enfin, l’image est grosso modo immaculée et l’encodage ne montre pas de faiblesse visible.

Son

Note : 8.5 sur 10.

La piste 5.1 est plutôt convaincante et appuie assez bien le foutoir ambiant à l’écran. Si les dialogues restent ancrés sur la scène avant, ils sont retranscrits de façon claire et intelligible, sans sensation d’un rendu sourd ou étouffé. Les effets sonores et la musique d’Eric Serra sont les principaux utilisateurs des enceintes arrière avec régulièrement une belle spatialisation et un champ sonore assez enveloppant. L’ensemble s’avère ainsi plutôt frais et énergique.

Une piste 2.0 est aussi proposée.

Suppléments

Un tour d’horizon tant rétrospectif que sur le vif est offert ici dans les bonus.

  • Au coeur du cinéma (25 min 37, 1080p) : nouvelle interview de Didier Grousset sur le film
  • Objectif Kamikaze (34 min 04, 1080p restauré) : making of d’époque du film
  • Bande annonce originale du film (1 min 28, 1080p restaurée)

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque40,204,927,105 bytes
Taille Film30,053,455,872 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 38976 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOFrench / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1175 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)
Encodage Audio – VOFrench / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2580 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s