Test Blu-ray : Retour à la bien-aimée (Sidonis)

PaysFrance
EditeurSidonis
Date de sortie24 août 2021
Support1 BD-50
RéalisateurJean-François Adam
Durée98 min 32
ZoneB
Format d’image1.66
LanguesFrançais DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresAucuns

Image

Note : 9 sur 10.

Comme L’amour trop fort, Retour à la bien-aimée est édité par Sidonis à partir d’une récente restauration effectuée par Hiventy, sans doute en 4K à partir du négatif original.

Et comme pour L’amour trop fort (peut-être même un peu plus encore), le résultat visuel est particulièrement convaincant. L’ensemble parait en effet efficacement rafraichi, avec une patine argentique conservée (avec ce grain argentique fin typique de ce flux de restauration) et une absence de filtrage numérique superflu qui serait visible. Cela permet d’asseoir une belle définition et un rendu HD instantanément perceptible, offrant une précision et un niveau de détails de tous les instants. Les gros plans sur les interprètes comme les plans plus larges permettent d’en profiter pleinement, le naturel de l’image accentuant le rajeunissement et le soin visuel de la restauration. De rares plans paraissent légèrement plus doux, mais rien de dommageable.

L’étalonnage est lui aussi plutôt convaincant. Hormis quelques passages paraissant légèrement voilés (capture 11), l’ensemble du film possède un couple contraste / luminosité plaisamment ajusté. Les zones sombres possèdent ainsi une belle profondeur mais pas excessive, tandis que les hautes lumières conservent leurs détails. La palette colorimétrique parait à la fois dynamique et équilibrée, sans dérive étrange à noter, sans pour autant sacrifier à une balance des blancs trop pure façon remaster vidéo des 90s (capture 3).

Enfin, à l’exception d’une minuscule poignée de poussières ou petites tâches (capture 12), l’image a été profondément nettoyée. Elle a aussi été efficacement stabilisée.

Son

Note : 8 sur 10.

La piste son est plutôt agréable à l’oreille, avec un rendu sonore suffisamment ouvert et ample. Le film n’est, bien sûr, pas particulièrement démonstratif mais l’ensemble ne sonne jamais trop sourd ou étouffé. De même et en particulier, les voix sont claires et intelligibles. La musique, étonamment, est peut-être l’élément sonore qui parait le plus contenu mais cela reste intégré de façon harmonieuse et organique au mixage global.

Suppléments

  • Mélancolie du lien amoureux (26 min 27, 1080i) : nouvel entretien sur le film avec Benoît Jacquot
  • Un conte somnambulique (27 min 38, 1080i) : nouvel entretien sur le film avec Bernard Payen

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque38,161,556,036 bytes
Taille Film24,819,560,448 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 29899 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOFrench / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1989 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s