Test Blu-ray : Betty (Carlotta)

Visuel du Blu-ray Betty (Carlotta)
PaysFrance
EditeurCarlotta
Date de sortie22 septembre 2021
Support1 BD-50
RéalisateurClaude Chabrol
Durée103 min 33
ZoneB
Format d’image1.66
LanguesFrançais DTS HD MA 1.0
AudiodescriptionFrançais
Sous-titresFrançais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8.5 sur 10.

Après un coffret consacré au réalisateur fin 2020, Carlotta revient avec 3 titres supplémentaires signés Claude Chabrol et nouvellement restaurés en 4K, dont Betty fait partie. Dans le cas présent, le film a été restauré par les laboratoires Eclair.

Sans surprise, le résultat visuel est globbalement très confortable. Evidemment, les fondus enchaînés parsemant le film sont en retrait avec un léger flou et une définition plus restreinte (capture 12), mais tout le reste du film s’offre une belle cure de jouvence. Il suffit de comparer avec les bonus, issus de l’ancien DVD du film, pour voir l’avancée en terme de précision, de finesse et de détails, mais aussi de restitution des origines argentiques du film. On retrouve en effet enfin une texture naturelle et fine, loin de la soupe qu’on pouvait trouver en DVD. Les détails fins trouvent ainsi un endroit où s’épanouir, dans les plans serrés (trames des vêtements, détails des accessoires, détails faciaux) que les plans plus larges (même en intérieur). L’absence de filtrage artificiel visible soutient le naturel de la restauration et le confort de visionnage offert au spectateur.

On sera, comme trop souvent avec le laboratoire, plus circonspect quant à certains choix d’étalonnages opérés sur la restauration, même si on a connu des cas où la signature du laboratoire et certains de ses étalonneurs était plus visible. Ici, ce sont surtout les scènes moins éclairées qui ne laissent aucun doute quant aux mains dans lesquelles la restauration et son étalonnage ont transité, et on y retrouve les bleus canard si typiquement spécifiques à Eclair (captures 1, 2, 4, 9 et 17). Ils s’inscrivent parfaitement dans la lignée de ce qu’on pouvait trouver dans le coffret Chabrol et les films qui y étaient restaurés par Eclair (en particulier L’enfer et Rien ne va plus), ainsi que dans la lignée de ce qu’Une affaire de femmes propose, et a contrario sont clairement distinguables de ce que Hiventy proposent sur les 3 autres films (Merci pour le chocolat, La fleur du mal et Madame Bovary). Impossible donc de se tromper sur qui a fait quoi tant ces éléments ressortent dans ces scènes tel le Z de Zorro. On retrouve aussi, en compléments, un traitement des jaunes et de certains bleus là aussi déjà maintes fois spécifiquement rencontrées dans d’autres restaurations du laboratoire (capture 11).

Heureusement, le reste du film, en particulier les scènes plus éclairées, ne montre pas la dérive qu’on peut retrouver sur d’autres films (notamment dans les ombres portées) étalonnés par Eclair et offre alors une palette bien moins typée et reconnaissable. On retrouve alors des carnations sans ombres bleutées (contrairement à la capture 4), des blancs plus neutres sans pour autant paraître plus blancs que blancs et une colorimétrie qui conserve pour autant une belle variance (captures 5 et 7). Ces passages paraissent aussi un peu plus convaincants dans la gestion du contraste, qui peut paraître parfois légèrement excessif et bouchant un peu les noirs. C’est cependant suffisamment léger pour qu’on se demande dans quelle mesure c’est d’origine.

Enfin, l’image a été parfaitement nettoyée et stabilisée, et l’encodage retranscrit la finesse des textures sans souci notable.

Son

Note : 8 sur 10.

La piste son est plutôt efficace. Propre et claire, elle permet aux voix de bien se projeter dans une piste globalement contenue et peu démonstrative. Elle évite en tout cas tout aspect voilé ou sourd et permet de suivre confortablement le film. On n’est pas face à quelque chose de particulièrement mémorable, mais ça fait le travail.

Suppléments

Pas de nouveaux bonus mais uniquement la reprise de ceux créés par MK2 en 2002 à savoir :

  • Présentation du film par Joël Magny (2 min 47, 1080i upscalé)
  • Commentaire de Claude Chabrol sur 3 scènes (30 min 55, 1080i upscalé)
  • Bande annonce originale du film (50 sec, 1080i upscalé)

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque36,025,625,481 bytes
Taille Film30,690,436,416 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 36241 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOFrench / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 1067 kbps / 24-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s