Test Blu-ray Import : Maeve (BFI)

PaysAngleterre
EditeurBFI
Date de sortie24 mai 2021
Support1 BD-50
RéalisateurPat Murphy
Durée115 min
ZoneB
Format d’image1.66
LanguesAnglais LPCM 1.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresAnglais pour sourds et malentendants

Image

Note : 8 sur 10.

Maeve est présenté en Blu-ray à partir d’une récente restauration 2K effectuée à partir du négatif original 16mm A+B et d’un interpositif 16mm.

Le film a été tourné en 16mm et ça se voit. Le rendu est logiquement assez épais, ce de façon cohérente avec ce support de tournage, mais il est intéressant de constater les variations au sein du film, certaines séquences semblant accentuer cet aspect là où d’autres paraissent plus fines et avec une granulosité un peu moins marquée. La restauration ayant été effectuée à partir du négatif 16mm et d’un interpositif 16mm, il est fort probable que ces variations reflètent le passage de l’une à l’autre source. Quoiqu’il en soit, la restauration conserve tout cela de façon organique et filmique, avec un rendu pellicule agréable à visionner. Si les plans peu éclairés sont ceux que le format 16mm parait le plus limiter en termes de détails (captures 4 et 6), les plans de jour (notamment ceux en extérieur) révèlent un joli niveau de détails, permis aussi par le travail de restauration qui s’est fait semble-t’il sans filtrage numérique destructif et superflu (captures 14 et 18). Les plans en extérieur jour, qu’ils soient en ville ou à l’extérieur, sont sans trop de doute les plus plaisants à voir, avec une précision et une finesse confortables voire impressionnantes (captures 17 et 20 par exemple).

Bref, si tout cela est en partie limité par le format 16mm, la restauration semble avoir été effectuée avec soin et compétence.

C’est un peu le même constat côté couleurs, avec à la fois un travail qui parait soigné mais aussi quelques limites potentiellement physiques. Sur ce point en particulier, certains plans paraissent tout de même nettement verdâtres et on se demande s’il pourrait s’agir de défauts des éléments utilisés et non d’un choix artistique (capture 10). Idem pour quelques passages particulièrement rosés (capture 9). Le reste du film possède au contraire une palette plus neutre et équilibrée, avec un couple contraste / luminosité paraissant globalement bien géré, et des couleurs plutôt saturées (visages, vêtements). Tout cela semble globalement cohérent et convaincant.

Enfin, si les couleurs et le cadre sont plutôt stables, on notera encore pas mal de poussières résiduelles ci et là. L’encodage ne montre pas de soucis particuliers malgré la texture de l’image.

Son

Note : 7 sur 10.

Une piste son sans surprise et plutôt adéquate. Les dialogues sont clairs et intelligibles quoique légèrement lointains par moments, tandis que la musique offre quelques nappes plutôt agréables et amples. Malgré l’aspect assez plat de la piste, les différents éléments se détachent et se séparent bien, y compris durant certaines ambiances urbaines un peu chargées. Evidemment, tout cela conserve un côté peu percutant et monocorde, mais dans l’ensemble, la piste a été bien nettoyée et l’ensemble sonne plutôt bien à l’oreille.

Suppléments

Peu de suppléments en nombre, mais 2 bonus de qualité, en particulier le documentaire sur le cinéma (ou absence de) irlandais.

  • Being a Woman is a Nationality : A Video Essay on Maeve (14 min 09, 1080p, anglais non sous-titré) : nouvel essai visuel de Chris O’Neill sur les thèmes traversant le film (féminisme, républicanism et l’identité nationale)
  • Irish Cinema – Ourselves Alone ? (51 min 19, 1080i upscalé, anglais non sous-titré, 1996) : documentaire de Donald Taylor Black discutant pourquoi les images cinématographiques les plus marquantes de l’Irlande sont issues de cinéastes étrangers et les difficultés à créer un cinéma irlandais
  • Livret de 34 pages contenant un nouveau texte de 4 pages par Emmie McFarden sur le film et ses thèmes, un texte de 2 pages de 2018 par Lizzie Borden et un autre de 4 pages de 2018 par Jack O’Dwyer sur le film et la retranscription de 12 pages d’une conversation de mars 2021 entre Pat Murphy, John Davies et Robert Smith autour du film

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque49,648,235,962 bytes
Taille Film32,683,923,840 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 33835 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / LPCM Audio / 1.0 / 48 kHz / 1152 kbps / 24-bit

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s