Test Blu-ray : Les mains qui tuent (Phantom Lady) (Elephant)

PaysFrance
EditeurElephant Films
Date de sortie25 mai 2021
Support1 BD-50
RéalisateurRobert Siodmack
Durée87 min
ZoneABC
Format d’image1.37
LanguesAnglais DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais optionnels

Image

Note : 7 sur 10.

Phantom Lady fait partie, avec notamment La grande horloge, de la vague de films noir parus en mai 2021 chez Elephant. Le film avait déjà fait l’objet d’un upgrade Blu-ray chez les britanniques d’Arrow en 2019, et c’est vraisemblablement la même source qui est utilisée chez nous. Le résultat souffle le chaud et le froid. On pourrait globalement résumer cela en disant qu’il semble s’agir d’un remaster HD effectué a minima chez Universal, avec une hétérogénéité parfois assez flagrante mais surtout un manque de nettoyage tout aussi évident.

Côté finesse, l’image est plutôt correcte bien que variable. Le résultat est, par exemple, un peu plus fin que ce qui est trouvable sur La grande horloge, au point que l’on pourrait penser à un remaster 2K plutôt récent. Le tout est en tout cas naturel à voir et semble-t’il sans filtrage superflu (que ce soit dans la gestion du grain comme dans la précision de l’image). Sur cet aspect, c’est donc plaisant en visionnage, avec des motifs de vêtements, des détails faciaux et des arrière-plans régulièrement suffisamment détaillés pour que tout cela soit confortable, soutenant un upgrade HD bien visible. Reste qu’entre une certaine fluctuation des sources (on pourrait croire certains plans tirés d’une copie d’exploitation) et des fondus enchaînés et des plans truqués ultra en retrait (on croirait plusieurs pertes de génération plutôt qu’une seule – capture 8), cette précision est inconstante et limite l’intensité de l’upgrade HD.

Même constat côté étalonnage, capable d’une nuance appréciable dans le traitement du spectre, notamment dans les extrêmes, comme de présenter des plans voilés et ternes manquant cruellement de contraste. Qui plus est, ici aussi une hétérogénéité des sources semble repérable, avec certains plans proposant un étalonnage grisonnant faisant penser à ce qu’on trouve souvent sur l’utilisation de copies d’exploitation (captures 6, 14 et 15). Cela fait fluctuer la restitution de la photographie du film et son travail sur les clairs-obscurs, de façon parfois notable. Le reste du film profite cependant d’un équilibre plus convaincant, avec alors des plans joliment contrastés et nuancés.

Le gros point noir cependant reste le trop faible niveau de nettoyage et de stabilisation du film. C’est bien simple : on pourrait croire qu’aucun photogramme n’échappe à un défaut physique. On ne compte plus les plans poussiéreux (capture 1), rayés de haut en bas (captures 2 et 12) (et pas toujours par des micro-rayures – captures 2, 5 et surtout 14), voire avec les marqueurs de changement de bobine (capture 15) ! De même, quasiment tout le film souffre de problèmes de fluctuation de la luminosité, faisant vaciller constamment l’image, en particulier dès que le cadre possède un arrière-plan un peu uni. On ne peut probablement que blâmer Universal pour ce travail très clairement a minima, mais on pourra regretter que l’éditeur n’ait pas effectué une passe au moins de dépoussiérage. L’encodage, lui, ne montre pas de faiblesse particulière.

Au final, tout en offrant un upgrade HD visible, on regrettera simplement le travail léger de restauration qui a été effectué.

Son

Note : 7.5 sur 10.

La piste son manque un peu de punch, restant assez immanquablement plate et légèrement voilée. Les dialogues restent propres et intelligibles, mais la musique sonne un peu contrainte tandis que les effets sonores généraux manquent eux aussi de capacité à se détacher et proposer un champ sonore un peu plus ample. Cela reste pour autant tout à fait décent pour une écoute sans défaut notable.

Suppléments

Les 2 principaux modules sont une présentation du film et son équipe par Eddy Moine (12 min 24, 1080i), et une interview sur le film de Stéphane du Mesnildot (10 min 01, 1080i). On trouve aussi la bande annonce du film ainsi que celles des 3 autres titres de cette vague de l’éditeur (toutes en SD).

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Taille Disque26,689,600,078 bytes
Taille Film20,139,863,808 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 27247 kbps / 1080p / 23.976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOEnglish / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2039 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s