Test Blu-ray : Coffret King Hu (Spectrum)

PaysFrance
EditeurSpectrum Films
Date de sortie22 janvier 2021
Support2 BD-50
RéalisateurKing Hu
Durée121 min / 102 min
ZoneB
Format d’image2.35
LanguesMandarin DTS HD MA 2.0
AudiodescriptionNon
Sous-titresFrançais optionnels

Image

Note : 8 sur 10.

Après une assez longue période sans activité « technique », les films de King Hu ont commencé à ressurgir fraichement restaurés, avec pas moins de 6 films ayant fait l’objet de nouvelles restaurations 2K ou 4K depuis 2015. On peut catégoriser ces films de par les flux de leurs restaurations : Dragon Inn, A Touch of Zen et La légende de la montagne, tous 3 restaurés en 4K à partir de leurs négatifs originaux par L’immagine Ritrovata, The Fate of Lee Khan et All the King’s Men, restaurés en 2K à partir de leurs négatifs originaux par le Taiwan Film Institute, et enfin Raining in the Mountain, restauré en 2K à partir du négatif original mais complété (car endommagé) par un interpositif et une copie d’exploitation (dont les sous-titres incrustés ont été numériquement effacés). Si nous précisons cela, c’est que ces flux de travail différents donnent des résultats visiblement différents à l’écran, d’une part parce que Ritrovata a apposé sur leurs 3 restaurations leur signature colorimétrique, permettant de regrouper les 3 restaurations ensemble par rapport aux 3 autres, d’autre part car cela explique pourquoi la qualité visuelle de Raining in the Mountain se situe à part des 5 autres films.

Chaque film a son Blu-ray dédié.

La restauration de Raining in the Moutain est donc une reconstitution 2K faite en 2018 à partir d’au moins 3 sources différentes, générant une hétérogénéité visible à l’écran. En particulier, les scènes sans doute tirées de la copie d’exploitation ont un aspect très terne et affadi, avec un contraste assez typique de ce genre de source (captures 5, 12 et 19), et souffrent aussi de fluctuations de densité, de pompages des couleurs (cf les captures 2 et 3, dont les couleurs sont nettement différentes alors qu’il s’agit de photogrammes successifs) et d’une définition globalement en retrait. Elles conservent pour autant un rendu naturel, un bon point évitant d’ajoute des soucis numériques à leurs limites matérielles, mais ressortent en tout cas clairement du reste du film. D’autres plans, soit tirées de cette copie soit de l’interpositif, montrent eux aussi ces fluctuations de densité et de couleurs, ainsi que quelques défauts résiduels (rayures ou moisissures, comme à la 71 minute – cf capture 16). Ces plans ont aussi un grain argentique un peu plus épais (d’où la supposition qu’ils sont tirés de l’interpositif) et une tendance à des couleurs hétérogènes dans le cadre en plus d’une dérive dans le rose (capture 18). Enfin, et heureusement, le gros du film reste plus typique d’une restauration 2K traditionnelle. Hormis les fluctuations de couleurs encore légèrement visibles, la finesse et la précision de l’image retrouvent un niveau typique, avec un joli niveau de détails, un aspect argentique là aussi préservé, et un apport HD en tout cas flagrant (captures 4, 7 et 10 par exemple). C’est sur ces plans que les couleurs sont sans doute les plus convaincantes, car les plus dynamiques mais aussi équilibrées (captures 7 et 15). On retrouve alors les costumes chatoyants vus dans L’auberge du printemps ou All The King’s Men, et une verdure luxuriante qui elle aussi expose pleinement ses couleurs. Ce sont sans aucun doute ces passages du film qui sont les plus beaux et les plus plaisants. Enfin, on notera quelques sautes d’image donnant l’impression de photogrammes manquants, ainsi que des traces encore parfois visibles de l’effacement numérique des sous-titres incrustés.

All The King’s Men, à l’exception de quelques transitions un peu plus épaisses, est autrement plus homogène, propre et défini. Fort d’une restauration 2K cette fois-ci à partir du négatif original (visiblement en bien meilleur état), le résultat a été fait visiblement avec soin et compétence, et le rendu visuel est à la fois très précis mais aussi très naturel avec un grain et une patine argentiques joliment restitués (captures 3 et 9 par exemple). L’image est donc largement au niveau des attentes et des capacités du support, enterrant sans grand doute les précédentes présentations numériques du film. Les couleurs sont elles aussi très convaincantes, avec une palette dynamique, équilibrée et joliment chatoyante, mettant en particulier en avant les couleurs de nombreux costumes bariolés (captures 2, 9 et 15). L’ensemble est aussi globalement homogène, que ce soit dans sa précision générale, ses couleurs, sa propreté ou sa stabilité, ce qui rend le visionnage d’autant plus agréable. Idem côté nettoyage et stabilité, hormis une poignée de poussières résiduelles. 

Aucun souci d’encodage à noter sur les 2 films.

Notes image : Raining in the Mountain : 7.5 / All The King’s Men : 9

Son

Note : 7.5 sur 10.

La partie sonore des 2 films est assez classique et sans grande surprise, dans un sens comme dans l’autre. C’est largement efficace pour suivre les films, avec des dialogues clairs, des pistes propres et des musiques dans l’ensemble bien intégrées. Les 2 mixages sont par ailleurs assez bien équilibrés et ne posent pas de souci de ce côté.

Les principales limites restent des dialogues légèrement mais régulièrement nasillards et une musique un peu voilée et manquant de rondeurs dans les mediums et les graves. Couplés à des pistes assez plates, peut-être un tout petit peu plus pour Raining in the Moutain, cela rappelle l’âge des films.

Notes son : Raining in the Mountain : 7.5 / All The King’s Men : 8

A noter quelques petites erreurs dans les sous-titres des 2 films, que ce soit des tirets manquants pour mentionner qu’il s’agit d’un dialogue, ou des oublis de ponctuation en fin de phrase.

Suppléments

Plusieurs fois repoussé (pour diverses raisons), ce double-programme français débarque enfin et l’attente s’avère particulièrement payante. En effet, ce qui devait au départ n’être qu’une édition de Raining in the Mountain (comme celles d’Eureka en Angleterre et de Film Movement aux USA en 2020) s’est progressivement enrichie d’un deuxième film, mais aussi de nombreux bonus, dont ceux trouvables sur l’édition Eureka de Raining in the Mountain, et finalement carrément d’un livre de 288 pages : King Hu en ses propres mots, un livre de Roger Garcia originellement écrit pour la 15ème édition du Far East Festival d’Udine en 2013, et traduit exclusivement en Français pour ce coffret Spectrum.

Les bonus vidéo sont répartis sur les 2 Blu-rays, et tous sont sous-titrés en Français si nécessaire. On trouve ainsi :

RAINING IN THE MOUNTAIN :

  • Commentaire audio de Tony Rayns
  • Essai vidéo de David Cairns sur le film (20 min 30, 1080i)
  • Module avant / après restauration (4 min 29, 1080p)
  • Nouvelle interview de Ng Ming Choi par Arnaud Lanuque (45 min 44, 1080i)
  • Nouvelle interview de John Zorn (5 min 36, 1080i) et un clip vidéo d’extraits du film monté sur une musique de John Zorn (5 min 35, 1080i)
  • Bande-annonce pour la ressortie du film (1 mln 22, 1080p)

ALL THE KING’S MEN

  • Interview d’archives de Pierre Rissient sur King Hu (22 min 26, 1080i upscalé)
  • Iinterview d’archives de Shi Chun et Miao Tian par Frédéric Ambroisine (40 min 38, 1080i upscalé)
  • Essai vidéo de Vincent Capes sur King Hu et ses films (20 min 00, 1080p)
  • King Hu par Nathalie Bittinger (16 min 40, 1080i, prise de son un peu médiocre, pensez à monter le son pour ce bonus)
  • Bande-annonce (semble-t’il moderne) du film (1 min 42, 1080i)

Le livre, enfin, fait donc 288 pages et est une traduction du livre de Roger Garcia de 2013. Le livre est principalement une compilation d’écrits et d’interviews de King Hu, visant à la fois à parler de ses films comme de sa vie personnelle et de sa vision du monde. Mettant plus en avant les textes (environ 200 pages sur 288) que les illustrations, le livre est ainsi riche en informations et permet une meilleure compréhension du cheminement intérieur du réalisateur, et bien entendu de former des parallèles avec le résultat à l’écran. Découpé en sections à la fois thématiques (L’Histoire, l’artisanat, les montagnes, l’Amérique) et chronologiques (malgré des allers-retours dans le temps, la progression du livre est en partie chronologique), le livre aborde ainsi le cinéma de King Hu de façon très large, de ses influences jusqu’à ceux qu’il a influencé, son enfance, ses débuts au cinéma comme acteur, son rapport à la religion, etc. Enfin, les dernières pages du livre (enfin, avant la filmographie et la bibliographie) sont consacrés aux projets non-aboutis du réalisateur, illustrés par la reproduction d’esquisses de King Hu pour les films ou de pages de scripts ou de synopsis des films (en anglais). A ce sujet, l’iconographie du livre est donc assez minoritaire sur l’ensemble des 288 pages, et les illustrations les parsemant sont des esquisses dessinées par King Hu, des photos personnelles de lui ou des coulisses du tournage, ou enfin donc des reproductions de documents originaux.

Concernant la traduction française du livre, elle nous a paru globalement propre, hormis peut-être des tournures de phrase parfois très littéraires et soutenues, dont on peut se demander s’il s’agit du style qu’avait King Hu à l’écrit ou si c’est celui de la traduction.

Matériel de test :

ImagePanasonic TX-PF50G20S
SourceZone B : PS3 Slim 250 Go | Zone A : Panasonic BDT-110
SonYamaha RX-V467
EnceintesKit 5.0 : Jamo S606 | Caisson : Jamo Sub210

Scan disc :

Raining in the Mountain :

Taille Disque48,610,595,465 bytes
Taille Film32,471,918,592 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 29923 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOChinese / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1780 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

All The King’s Men

Taille Disque47,208,593,039 bytes
Taille Film25,515,767,616 bytes
Encodage VidéoMPEG-4 AVC Video / 29952 kbps / 1080p / 24 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Encodage Audio – VOChinese / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1743 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)

Captures d’écran HD :

Raining in the Mountain :

All The King’s Men :

2 réflexions sur “Test Blu-ray : Coffret King Hu (Spectrum)

  1. aantoineee

    Bonjour,
    petite question. Comment se fait-il que la note image globale soit de 7 étoiles alors que les notes images, respectives des 2 films, sont de 7,5 et 9? La note globale aurait dût être de 8 et qqs non? En tout cas merci pour le test!

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s